lienlien
Posteur du mois :
Danny M. White
Posteuse du mois :
Opale A. Oddsparkle

Bravo à Danny et Opale pour avoir autant RP, malheureusement le voteur du mois est annulé suite à des soucis techniques.
Venez les féliciter


Voter aux top-sites, c'est le bien !
Vous gagnez des points pour votre maison et plus vous votez,
plus vous avez de chance de devenir le prochain sorcier du mois.

Envie de RP mais vous ne savez pas avec qui ?
Demandez ICI vous pourrez voir également qui cherche un partenaire de jeu.

La maison Serpentard compte le plus de membres, aussi,
il serait préférable de privilégier les autres maisons pour les inscriptions :3

Partagez | 






 

 Oh, grand-mère, comme vous avez des grandes dents! C'est pour mieux te manger mon enfant! [Harry]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar
Autres
Patronus : un Calmar géant
Epouvantard : Voir ma fille emprisonnée. Pour palier à ça, j'imagine qu'elle est dans une pièce de théâtre comique.
Objets en possession : ma baguette, une chouette chevèche nommée Wilbur
Sortilèges lancés : 224
Points Gagnés : 73
Est arrivé le : 03/01/2016
Cheese :


Parchemin
Lâchez-vous:
Famille:
MessageSujet: Oh, grand-mère, comme vous avez des grandes dents! C'est pour mieux te manger mon enfant! [Harry]   Ven 15 Jan - 13:11

Madame France Flameforte est une femme respectable. Sorcière de son état. Gentille, généreuse, agréable, bon vivant, maternelle. Travaillant au Ministère de la Magie. Un mari sorcier. Des enfants sorciers. Tout pour être fière de sa vie et de sa fortune. Oui, Madame France Flameforte est une personne fortunée. Et ce qui fait sa fierté va la faire perdre également. Pourquoi me demanderiez-vous? Parce que j'ai entre mes doigts quelques cheveux de cette femme. Je les regarde intensément et finalement, je les laisse tomber dans le Polynectar. Oui, oui, je sais que c'est une femme ET ALORS? Pour passer inaperçu, quoi de mieux? Personne ne s'attendra à ça, et personne n'imaginera que c'est moi, sous ce... déguisement. Oh, je ne compte attaquer personne, c'est bien évident. J'ai ma fierté d'homme rechercher. Vous imaginez ma tête en tant que Madame France Flameforte en première page de la Gazette du Sorcier? Non, non, non, très peu pour moi.

A peine m'étais-je enfui d'Azkaban, que je fomentais un plan pour m'approcher de Potter. Et on est jamais suffisamment préparé sans une bonne gourde de polynectar. Moi, les potions, c'est pas vraiment mon fort, mais September est une sorcière plus que douée. Si j'ai choisi cette Madame France Flameforte, c'est pour une raison simple. Du ministère, je crois que c'est celle que je connais le mieux, je pourrais donc passer plus facilement inaperçu et je n'élèverais pas les soupçons. J'aurai pu choisir Potter aussi, mais pour arriver à l'approcher, celui-là, j'ai encore pas mal de boulot. Et puis, si je vais boire cette infâme potion, c'est justement pour me rapprocher de Potter, découvrir ses faiblesses, pour plus tard, pour le chopper moi-même et le... torturer comme il se doit. Je secoue la tête vivement, allez, on enlève ces amères pensées et on boit!
* * *

C'est donc habillé(e) comme elle, avec son grand chapeau, ses chaussures à talons et ses petits collants que je marche, pliée sous un épais manteau de fourrure. Des petites lunettes rondes sur le nez et je m'engage dans l'entrée du Ministère de la Magie. Il faudrait être fou pour oser se fourrer dans la gueule du loup. Mais je crois que je le suis. Un petit sourire sournois et je continue ma route. Combien d'Aurors croisè-je? Je ne saurais le dire, mais à un moment ou à un autre, j'ai rencontré cette personne. Et dire que la personne placardée sur les murs avec un gros "WANTED" est en train de marcher devant leur nez et sous leurs yeux. Elle est reconnaissable, mais pour ceux qui la connaissent, c'est une femme assez discrète. Je m'assois sur un banc, non loin de la fontaine et commence à observer. Ce qui m'intéresse, ce sont les aller-et-venues des gardes, des Aurors, des personnes haut placées. Je sais que Madame France Flameforte est en vacances en ce moment, donc elle ne viendra pas de ci-tôt. Et donc, ça ne choquera pas si elle vient au Ministère, sans aller dans son bureau. Et c'est là, après quelques minutes que je vois une tête connue. Mon sang ne fait qu'un tour et je me lève brusquement. Sauf que j'ai oublié qu'en tant que Madame France Flameforte, je porte des talons. Et peu habitué à marcher ainsi, ma cheville fait un drôle de tour et je m'étale (lamentablement) par terre. Je prends appui sur le bord de la fontaine pour me redresser. Je pousse des petits cris, imitant celle dont j'ai pris l'apparence. C'est que ça fait maaaaaal!

_________________
Beware, Death hath cometh...

Baguette et Alfrik:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Autres
Patronus : Un Cerf
Epouvantard : Un Détraqueur dévorant l'âme de ses enfants
Objets en possession : .................
Sortilèges lancés : 36
Points Gagnés : 30
Est arrivé le : 11/12/2015
Cheese :


Parchemin
Lâchez-vous:
Famille:
MessageSujet: Re: Oh, grand-mère, comme vous avez des grandes dents! C'est pour mieux te manger mon enfant! [Harry]   Sam 16 Jan - 10:22

Soulagé.

Harry était soulagé que cette longue journée se termine. Ces temps-ci, malgré l'absence de ses enfants, le sorcier se sentait fatigué. Un épuisement psychologique en partie dû au petit jeu de White et de Moon encore en cavale. Même le chef peu soucieux d'Harry commençait à s'inquiéter. Lui qui pensait ces deux zestes de Mangemorts impotents n'en parlait plus sur un ton aussi léger que moqueur, évoquant des décrépis nostalgiques d'une époque révolue. Le Survivant pour sa part, n'était pas rassuré quant à l'idée d'un nid d'anciens Mangemorts bien caché qui se soutenaient. Ces hommes sans foi ni loi avaient le chic pour savoir mettre leur folie de côté et s'entraider si besoin. Y compris cette tarée de Narcissa avait réussi à s'allier avec d'autres sanguinaires pour faire front contre l'Ordre. Bien que le lien de personnes unies par l'amitié et l'amour était plus fort, Harry devait reconnaître que le détachement de ces êtres, toutefois intéressés par une union leur procurait une certaine puissance. Impossible de songer à coincer une petite frappe pour faire du chantage à Moon ou White. Aucun d'eux ne sortirait pour sauver les fesses d'un collègue grillé. Au mieux, pour l'achever avant qu'il ne parle, et encore sans trop de crainte à ce sujet, puisque loin d'être proches, les Mangemorts ne communiquaient pas entre eux.

Lassé par ce combat encore dangereux bien qu'il ait tourné en leur avantage, le Survivant ratissait l'Angleterre avec le peu de moyens dont il disposait, allant lui-même sur le terrain. Normal puisqu'il n'était qu'un Auror comme les autres après tout, enfin, en apparence, car qu'il le veuille ou pas, le brun restait une référence dans la chasse à ces racistes dotés de pouvoirs magiques. Même son chef d'escouade avait tendance à se reposer sur sa personne, Harry ayant plus de faits d'armes que lui malgré son âge avancé.

C'était donc passablement sur les nerfs que le concerné sortait du Ministère. Ou tout du moins, s'y apprêtait car il fut stoppé dans sa course par de petits cris aigus. Son long manteau gris foncé se plissant légèrement sous ses gestes, le brun se baissa pour attraper délicatement Miss Flameforte par le bras. Il la connaissait un peu, juste assez pour la saluer ou lui demander de l'aide pour les papiers, et vice-versa en ce qui la concernait pour les horaires à annoter. Juste assez aussi pour savoir que cette dernière était sensément en vacances.

-Çà va aller ? La cheville ? La jambe ?

Demanda-t-il en s'octroyant le droit de retirer le talon haut de la femme d'un geste délicat mais vif de la main. Heureusement rien ne paraissait enflé, même si ça avait dû être douloureux pour Miss Flameforte habituellement aussi prudente que discrète. Comme quoi, elle avait bien fait de prendre des vacances.

-Que faites-vous ici, vous n'étiez pas en vacances sensément ?

Plus jeune, le sorcier avait passé des heures au bureau en dehors de son travail. Il se fichait déjà du salaire de base, étant fortuné. Cependant, les années passant, bien qu'il demeure physiquement au sommet de sa forme (et heureusement à seulement 43 ans.) le Survivant avait apprit à laisser les heures de boulot... Au boulot au lieu de faire preuve d'un zèle qui ne serait jamais remercié de toutes façons. Quoique travailleur supplémentaire quand il le fallait comme en ce moment avec Danny et son petit copain de cavale Charles, le sorcier n'avait plus cette fougue parfois exaspérante -au point de le faire passer pour un intello chouchou.- qui le poussait à rester là comme si c'était l'endroit qu'il préférait au monde. Plus même que sa chère maison avec sa petite femme pour l'attendre à table. D'ailleurs il y avait eu pas mal de blagues sur sa tendance à demeurer dormir ou presque au bureau, ses collègues se moquant volontiers et gentiment de lui lorsqu'ils lui demandaient s'il s'était disputé avec Ginny. Et bien aujourd'hui, quitte à être seul, il préférait arpenter son salon au lieu des couloirs froids du Ministère. Enfin, son statut de divorcé avait aussi des avantages, comme rester auprès de cette femme qu'il connaissait peu mais avait toujours apprécié pour son efficacité. Le temps de s'assurer qu'elle aille bien, question de courtoisie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Autres
Patronus : un Calmar géant
Epouvantard : Voir ma fille emprisonnée. Pour palier à ça, j'imagine qu'elle est dans une pièce de théâtre comique.
Objets en possession : ma baguette, une chouette chevèche nommée Wilbur
Sortilèges lancés : 224
Points Gagnés : 73
Est arrivé le : 03/01/2016
Cheese :


Parchemin
Lâchez-vous:
Famille:
MessageSujet: Re: Oh, grand-mère, comme vous avez des grandes dents! C'est pour mieux te manger mon enfant! [Harry]   Jeu 21 Jan - 14:03

Raaaaaaah p*tain, pourquoi j'ai eu cette foutue idée de mettre des cheveux de FEMME dans le polynectar? Ah, et cette douleur, comment les femmes peuvent porter des machins comme ça au pied? AAAAAH, ça fait trop mal. Je me tiens comme je peux au parapet de la fontaine pour me redresser. J'ai oublié où je suis, ce que je fais ici, pourquoi je suis venu, bref... Je m'assois sur le garde-fou avec l'aide d'un jeune homme semblait-il. Je soupire avant de me rappeler dans quelle position je suis, avec tous les Aurors qui me courent après. Il faut que je reste dans mon rôle de Madame France Flameforte. Je regarde autour de moi et vais pour remercier le jeune homme, car Miss France Flameforte est une personne agréable quand je me rends compte que le jeune homme en question n'est pas un jeune homme à proprement parlé. Potter! LE Potter! Harry Potter en personne. Celui-là même qui m'a fait me lever trop précipitamment. Mon sang bout encore une fois dans mes veines. Ah, je donnerais cher pour être moi-même en cette seconde très précise.

-Çà va aller ? La cheville ? La jambe ?

Je suis encore tout(e) étonné(e) quand il se baisse encore plus et s'occupe à me dégager le pied de la chaussure traitresse. J'ouvre la bouche comme un poisson hors de l'eau sans qu'aucun son ne sorte de mes cordes vocales. J'ai les doigts qui picotent, j'ai horriblement envie de le torturer sur place, mais je dois me retenir, je ne peux QUE me retenir. Alors je hoche du chef, reprenant mon rôle de la gentille petite madame Flameforte.

- Ooooh, mais c'est le jeune Potter! Petite voix féminine. Oh, Merci, merci. C'est ma cheville, oui.

Je regarde tout autour de moi. Quelle idée, j'ai eu! Mais quelle idée! Je pourrais mettre fin à la Légende de Potter par un coup de baguette magique, là, en cet instant! Mais en même temps... Se retrouver à la Une des Journaux avec la tête de Madame Flameforte, les vêtements de Madame Flameforte et retrouver sa tête de condamné par la déformation terrible du polynectar... Non, très peu pour moi. Je ne peux pas subir une telle humiliation. Ah, mais si j'avais su, je serais venu comme Danny White! Hmm... Mais alors tout le Ministère me serait tombé dessus. Aaaah, j'enrage. Je n'aurai jamais dû venir ici... Quoi que... après réfexion... peut-être pourrais-je en apprendre un peu plus sur Potter. Voilà qu'il pose la question sur les vacances de Miss Flameforte. Je hoche la tête.

- Oui, oui... Mais vous savez comment c'est... On tourne, on tourne en rond chez soi. Alors je suis venue ici, pour passer un peu le temps. Il y a tellement plus d'animation ici que par chez moi...

Oui, je pourrais peut-être en apprendre bien plus sur mon ennemi juré au travers de Madame France Flameforte. Il suffit juste d'arrêter de parler de moi, enfin, de la femme dont j'ai pris l'apparence pour forcer le sujet sur Harry Potter. Il faut que je réfléchisse à comment je vais aborder le sujet. Alors pendant ce temps, je masse doucement ma cheville.

- Alors, Potter, comment va la chasse aux Fugitifs? Du nouveau?

_________________
Beware, Death hath cometh...

Baguette et Alfrik:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Autres
Patronus : Un Cerf
Epouvantard : Un Détraqueur dévorant l'âme de ses enfants
Objets en possession : .................
Sortilèges lancés : 36
Points Gagnés : 30
Est arrivé le : 11/12/2015
Cheese :


Parchemin
Lâchez-vous:
Famille:
MessageSujet: Re: Oh, grand-mère, comme vous avez des grandes dents! C'est pour mieux te manger mon enfant! [Harry]   Jeu 25 Fév - 14:17

- Je vous comprends.

Harry, penché sur la cheville de Madame Flameforte leva la tête une seconde pour lui sourire. Oh oui; il saisissait parfaitement ce que voulait dire son aînée, lui-même habitué aux heures supplémentaires. N'était-ce pas triste de craindre à ce point les vacances ? Le Survivant connaissait un certain nombre de personnes atteintes du même syndrome, toutefois moins que celles, amoureuses de l'art de ne rien faire. Le problème principal de l'administration empâtée: tandis que les premiers se tuaient à la tâche, les seconds étaient de véritables fainéants. Au moins, Flameforte appartenait à sa catégorie, ce qui lui valait la sympathie évidente du brun, d'ailleurs, elle était connu dans le département pour son zèle, tantôt haïe, tantôt appréciée.

- Si vous permettez.

Repoussant gentiment les doigts de la femme, le sorcier palpa à son tour sa cheville, un peu trop chaude. Bien que les soins ne soient pas sa spécialité, l'Auror possédait un minimum de connaissances, et une torsion de ce type était dans ses cordes. Sortant sa baguette magique, le Survivant attendit que Madame Flameforte lui donne l'autorisation pour lancer un sortilège visant à soulager cette dernière.


- Vulnera Sanentur. Voilà, il va falloir laisser reposer encore un peu le pied, mais ça devrait tenir. Pour commencer, restez assise. Puis-je vous offrir un café pour aider à faire passer le temps.


Proposa le jeune homme, toujours gentleman comme se devait de l'être un anglais. Son attitude était le résultat d'un apprentissage en autodidacte et d'une éducation tardive grâce aux Weasley. Le temps l'avait assagi, aidant sa nature généreuse à prendre forme. Sans être un véritable gentil homme comme dans les films -trop dépeigné pour ça probablement- le Survivant aimait servir autrui, et il savait être galant avec les dames. Surtout celles qu'il respectait comme Madame Flameforte. On le pensait indifférent, détaché la majeure partie, mais le sorcier finissait généralement pas prouver, en temps voulu, être observateur. Oui, il connaissait donc Flameforte, et tout comme il s'était attaché au Peuple Anglais contre lequel il râlait pourtant souvent, le brun avait une certaine affection pour cette femme. Elle faisait partie de son environnement, de sa vie, quoiqu'il puisse regretter de cette dernière. Sans compter que la secrétaire lui rappelait vaguement Molly Weasley, désormais plus âgée mais au caractère toujours aussi flamboyant.

- En ce moment, on patine un peu, le travail des journalistes bavards n'aide pas. Mais ce dossier ne vous était pas affecté ?

S'étonna le jeune homme, ignorant le rôle réel de Madame Flameforte pour n'avoir jamais fait appel à sa personne. Néanmoins, il croyait se souvenir qu'elle était une des rares personnes au courant du dossier White, actualisant le dossier et fluidifiant la circulation des informations entre départements. Il était cependant possible que la procédure normale ait été avortée en raison du caractère ultra confidentielle de l'affaire. Dans ce cas, Harry n'avait pas intérêt à communiquer quoique ce soit à Madame Flameforte, bien qu'elle lui inspire confiance. S'il était du genre à défier les lois, certaines règles étaient inviolables à ses yeux, celles qui concernaient la sécurité d'autrui par exemple, ou diminuant le pourcentage de réussite d'une mission.

- Avez-vous finalement trouvé du travail pour remplir cet immense trou noir que laisse les vacances ? La prochaine fois, j'essayerai peut-être de voyager, qui sait.

Tiens oui, pourquoi pas, on lui avait dit que ça occupait pas mal... Même si en fait, se déplacer sans famille vous faisait vous sentir d'avantage seul encore. Haussant les épaules, le sorcier se leva pour tendre la main à la "demoiselle", l'invitant à le suivre, direction la cafétéria.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Autres
Patronus : un Calmar géant
Epouvantard : Voir ma fille emprisonnée. Pour palier à ça, j'imagine qu'elle est dans une pièce de théâtre comique.
Objets en possession : ma baguette, une chouette chevèche nommée Wilbur
Sortilèges lancés : 224
Points Gagnés : 73
Est arrivé le : 03/01/2016
Cheese :


Parchemin
Lâchez-vous:
Famille:
MessageSujet: Re: Oh, grand-mère, comme vous avez des grandes dents! C'est pour mieux te manger mon enfant! [Harry]   Jeu 10 Mar - 19:57

Je retiens un violent sursaut alors qu'il sort sa baguette. J'aime pas sa baguette. C'est elle qui m'a fait emprisonné. J'ai juré de ne plus me laisser faire, de ne plus jamais JAMAIS me laisser toucher par Harry Potter. Je vais pour dire non, mais je ravale ma salive. Ca pourrait attiser les suspicions. Ici, je suis Madame Flameforte, pas Danny White. Il faut que j'arrête de me méfier de tout le monde, ici, je dois faire "confiance" dans les employés du Ministère. Alors loin de faire confiance, je hoche du chef, lentement, hésitant(e). Le sort quitte le bout de la baguette et franchit l'air lentement. J'avale difficilement ma salive avant de sentir un soulagement dans la cheville. Bon, bien... Potter marque un point dans l'exécution parfaite d'un sort de soin. Mais c'est la seule concession qu'il aura.

- Oh, un thé, Potter, un thé, ça sera très gentil de votre part.

Un café? Pouah, je ne suis pas un américain, pire, un français, je suis 100% pur jus anglais! Thé et scones! Rien de moins! Et puis, peut-être un peu trop impatient, je lui demande où il en est avec "mon" affaire. Est-ce qu'il a une piste? Je sais que les Aurors ont déjà fouillé ma maison d'enfance, à Glasgow, Broomspark Lane. Mais je ne sais pas s'ils ont réussi à remonter la piste de ma soeur, encore vivante. Remarquez, non, puisque je me suis caché chez elle. Avec le nombre impressionnant de barrière que j'ai placé tout autour, ça m'étonnerait qu'ils la trouvent de ci-tôt, néanmoins, je préfère ne pas prendre de risque et pose la question. Il ne faut pas qu'ils posent un seul doigt sur September, je ne veux pas qu'elle endure le Magenmagot. Elle est pacifiste et je la défendrais corps et âme, je préfère me battre pour la protéger que de me battre pour ma propre survie. Ouep. Bref, je demande à Potter. Ah merde, une question personnelle. Quoi que je réponds moi?

- Oh, non, non, non... A mon âge, je ne vais plus sur le terrain. C'est pas moi qui est le dossier des fugitifs. Le ministère est grand, j'ai un peu de chance de trouver une réponse évasive. Et voilà qu'il enchaine sur les vacances. Ouf, je respire quand même un peu mieux. Il y a toujours à faire dans une maison. Mon grenier a quelques trous dans la toiture.

Je l'ai vu quand je me suis incrusté chez elle pour lui voler quelques cheveux pour la potion. Je remue un peu la cheville. Ca va mieux. Et je dois rentrer, parce que sinon, l'effet du polynectar prendra fin. J'ai une petite réserve sur moi, mais ça pourrait paraitre étrange que Madame Flameforte s'envoie un coup de remontant comme ça. Je sais que c'est une fondue de thé, mais pas d'alcool fort, surtout pas devant Potter. Et puis, il commence à y avoir trop de monde ici. Ah que je suis trop fou de venir ici.

- Mais regardez l'heure! Je vais être en retard pour mes cookies! Oh, je ne peux pas rester

_________________
Beware, Death hath cometh...

Baguette et Alfrik:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Oh, grand-mère, comme vous avez des grandes dents! C'est pour mieux te manger mon enfant! [Harry]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oh, grand-mère, comme vous avez des grandes dents! C'est pour mieux te manger mon enfant! [Harry]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comme vous avez de grandes dents!
» Comme vous l'avez remarqué.
» Georges Saati, vous avez raison mais ...
» [Inutile] Qu'est ce que vous avez fait hier ?
» Si vous avez du temps à perdre :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caput Draconis 2.0 :: 
ENVIRONS
 :: 
Londres
 :: Ministère de la Magie
-