lienlien
Posteur du mois :
Danny M. White
Posteuse du mois :
Opale A. Oddsparkle

Bravo à Danny et Opale pour avoir autant RP, malheureusement le voteur du mois est annulé suite à des soucis techniques.
Venez les féliciter


Voter aux top-sites, c'est le bien !
Vous gagnez des points pour votre maison et plus vous votez,
plus vous avez de chance de devenir le prochain sorcier du mois.

Envie de RP mais vous ne savez pas avec qui ?
Demandez ICI vous pourrez voir également qui cherche un partenaire de jeu.

La maison Serpentard compte le plus de membres, aussi,
il serait préférable de privilégier les autres maisons pour les inscriptions :3

Partagez | 








 

 Flying Lesson 101... Not Found... Error 404? [Julius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Personnel
Patronus : Guépard
Epouvantard : Perte de motricité
Objets en possession : le DB-X, Magellan et une baguette en bois de prunélier
Localisation : Dans les airs, sur mon balai
Sortilèges lancés : 92
Points Gagnés : 47
Est arrivé le : 28/01/2016
Cheese :


Parchemin
Lâchez-vous:
Famille:
MessageSujet: Flying Lesson 101... Not Found... Error 404? [Julius]   Sam 6 Fév - 12:11

Le DB-X. Une petite merveille. Extrêmement nerveux. Hyper difficile à manier. Mais la vache, qu'est-ce que c'est trop bien une fois qu'on a compris le principe... J'adore mon balai. Franchement, avant, on était sur des Firebolt Suprèmes. C'était génial, la classe. Mais depuis que Quiddteam a sorti le DragonBreath, je ne jure que par lui. Au départ, c'était juste un "concept", c'est à dire, un balai qu'on créé comme ça pour la frime, pour montrer qu'on a des sous et tout ça. On le refile à quelques joueurs voir si ça tient le coup, on se fait un max de pub et puis basta. Sauf que moi, j'ai accroché sur le DB-X. Il doit n'exister qu'une dizaine de ce balai dans le monde. Trois dans l'équipe de Corée, il me semble que l'attrapeur brésilien en a un aussi. La vache, lui il est dangereux, c'est un cinglé sur le terrain, il s'en fout des poursuiveurs ou des batteurs, pour chopper le vif d'or, il est prêt à n'importe quoi, même avoir un accident. Et sur un DragonBreath, c'est facile d'en avoir un, c'est moi qui vous le dit. Bref. Pour en revenir au sujet qui nous intéresse, enfin, surtout moi, le DB-X peut être considéré comme une pièce unique. Y'a mes initiales gravées dans le bois du balai et y'a même un numéro de série. Sans parler qu'il est assuré pour presque 40 000 galions! Et oui! C'est un chef d'oeuvre de perfection... mis à part son caractère de cochon. Mais j'm'en fiche, je l'aime bien.

Je soupire, attendant mon élève. Le stade est désert. Il n'y a que moi qui glande lamentablement. Je me demande si je pourrais pas faire quelques tirs au but en attendant. J'ai pas de montre, donc je sais pas quelle heure il est. Est-ce qu'il est en retard, est-ce que c'est moi qui suit en avance. Faut vraiment que je pense à m'en acheter une, de montre. Bah. Autant faire quelque chose en attendant qu'il arrive, hein? Chez moi, un souafle n'est jamais loin et j'attrape prestement la balle et saute sur mon balai. Ce dernier démarre en furie et file dans le ciel. Un bras autour du ballon, l'autre main cherchant ma baguette et la callant derrière l'oreille. Ouai, ça tient bien là. Je vais à l'autre bout du terrain et d'un seul coup, je lance le balai droit vers le cercle du milieu. Mais au lieu d'aller droit sur le but, sinon c'est pas marrant, je fais décrire au balai une boucle, un cercle quoi, parfaitement vertical. Alors que je me retrouve au plus haut du cercle, tête en bas, je lache le souafle. Pendant que la gravité fait son oeuvre sur la chose, je continue mon cercle à une vitesse phénoménale (oh, un "ph", attention à la réphorme orthografique! Mouahahaha, désolé, j'ai pas pu m'en empécher). Et quand je reviens droit, face au but, le souafle est à ma hauteur. Je prends appui sur le manche du balai, avec mes deux pieds et je pousse de toute mes forces pour que la queue du balai frappe de plein fouet la balle qui change immédiatement de position et file à la vitesse d'un boulet de canon droit en plein dans le but. Je me rassois sur mon balai et content de moi, je fais quelques pirouettes, laissant le balai n'en faire qu'à sa guise. J'adore le Quidditch. C'est là que du coin de l'oeil j'aperçois une figure qui s'avance sur le terrain. Ca doit être mon élève. Je redescends sur terre et à peine les pieds posés sur le sol, que mon balai finit sur l'épaule, un bras sur le manche pour faire balancier. J'ai ma baguette toujours à mon oreille.


- Julius, c'est ça? C'est un jeune homme... tout ce qu'il y a... d'européen, je dirais. N'empèche, je m'étonne moi-même de me rappeler de son prénom. Mais c'est là que l'euphorie d'être sur un balai disparait et je me retrouve face à quelqu'un qui fait ma taille, si ce n'est plus et je ne suis pas très certain de vouloir rester là. JE VEUX PARTIIIIR! Non, non, non. C'est rien, on fait juste un peu de leçons de vol et puis c'est tout. Tu sais faire ça, Tae! C'est pas bien compliqué! Il ne peut pas être pire que les premières années! Si? Non? On s'en fiche. Prêt? Tu as ton balai? Banane, il est dans sa main, son balai! Je veux dire, c'est ton balai? Heureusement que je peux faire passer ça sur le compte de mon anglais un peu bancal...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



prefet pouffy
Patronus : Colibri
Epouvantard : Brigade d'arrestation des voleurs d'arts.
Objets en possession : Rappel tout / portable
Localisation : Attentif dans une salle de cour
Sortilèges lancés : 416
Points Gagnés : 0
Est arrivé le : 06/03/2014
Cheese :


Parchemin
Lâchez-vous:
Famille:
MessageSujet: Re: Flying Lesson 101... Not Found... Error 404? [Julius]   Lun 8 Fév - 9:19

« Julius ! Mais dis-moi. Tout va où avec ton balai ? »
Regardant son balai, Julius souriait à sa cousine. Il est vrai qu’il n’avait pas parlé à Julia de sa nouvelle entreprise. C’était surement parce que lui-même n’y croyait pas. Qui y croirait de toute façon ? Tout poudlard devait savoir que l’Italien était un éternel terrestre. Il ne quittait le plancher des vaches que pour prendre l’avion et seulement s’il y était obligé. Pourtant, il ne craignait absolument pas les engins volants ni même le vide. La raison était simple et peut être tirée par les cheveux, mais c’était sur celle-ci que beaucoup s’étaient accordée. Julius était maudit par tout ce qui pouvait toucher à l’aéronautique. Si au début personne n’y avait cru, c’est après avoir survécu –grâce à la magie- à un crash d’hélicoptère que sa famille à commencer à y croire. Et quand ils y réfléchissaient, c’est vrai qu’à chaque fois que le garçon montait dans un avion, il se passait quelque chose d’anormal. Soit l’avion manquait son décollage, soit il devait atterrir pour un problème technique en plein milieu du voyage ou bien le trajet était, d'un bout à l'autre, dérangé par des perturbations. En règle générale, il n’y avait pas d’incident majeur, mais au final plus personne ne voulait voyager dans les airs avec lui. Cette « maladie » ne s’arrêtait malheureusement pas à ça. Avec un balai volant, c’était la même chose. Il lui arrivait moins d’ennuis, mais il n’était pas rare que ses professeurs de vol aient préféré le voir rester les deux pieds sur le sol ! Même sa présence à un match de quiditch était est redoutée. Bien qu’il ne soit que spectateur, il fallait toujours qu’un souafle ou qu’un joueur vienne s’écraser juste à côté de lui. Car bien évidemment, Julius sortait toujours intact de ses expériences avec le monde des airs.
« J’ai un cours avec Monsieur Lee. »
L’artiste percevait tout de suite dans les yeux de sa cousine un certain mal être. Elle connaissait mieux que personne le problème de Julius. C’est elle qui un jour avait reçu un joueur de quiditch sur ses genoux.
« Tu ne devrais pas Julius. »
Expirant et brassant de l’air avec sa main gauche Julius ignorait les paroles de Julia. Il n’ignorait pas sa poisse, mais c’est qu’il avait besoin de s’améliorer. Ses petites excursions nocturnes seraient bien plus discrètes en balai volant. Pour cela, il devait être certain de savoir s’en servir au mieux. Sans oublier qu’il ne pouvait rêver mieux comme professeur. Il avait fait des recherches. Beaucoup de recherches. Monsieur Lee était une figure emblématique du quiditch Coréen. Beaucoup de joueurs semblaient même l'envier ou le croire fou d’avoir un balai tel que le DragonBreath. Réputé puissant, on constatait qu’il en était que plus capricieux. Un mini encart dans la gazette avait même fait état d’ un blessé grave. En espérant que la présence de Julius n’entraînerait pas la descente aux enfers du jeune professeur.
C’est en pensant à cette éventualité que le poufsouffle se dirigeait vers le terrain de quiditch. En regardant sa montre, il se rendait compte qu’il était légèrement en retard. C’est qu’il avait mis du temps à choisir sa tenue. Bien qu’il ne volât pratiquement jamais il avait une garde-robe sportive assez conséquente. Au final, il avait opté pour un polo jaune poufsouffle et un pantalon à carreaux beige. Bien évidement son équipement était immunisé contre le froid, le petit plus de la marque. Et il ne fallait pas oublier son balai. Julius avait flashé dessus lorsque l’enseigne avait fait sa promo. Il adorait le design et la couleur légèrement rosée du nimbus 2000-8. Pour l’artiste, il était, sans aucun doute, bien plus beau que son prédécesseur le nimbus 2000-7.
Arrivé sur le sol poreux du stade, Julius put apercevoir le professeur s’exercer avant qu'il ne se dirige vers lui. Visiblement, la gazette n’avait pas menti. Il était doué et il avait même le physique du parfait joueur de Quiditch. Bizarrement, de loin, le poufsouffle l’aurait cru plus petit alors que finalement leurs deux taille devait être les mêmes. Le plus étonnant était qu’il ne faisait pas son âge. Il faisait bien plus jeune alors que Julius, lui, faisait bien plus vieux.
Tout sourire, l’élève laissait le professeur parler en premier avant de jubiler intérieurement pour ne pas avoir eu besoin de rappeler son prénom. C’était ça être un Orsini. Tout le monde devait éternellement se rappeler de vous. De plus, Julius nota un point commun entre eux. Tous les deux avaient un bel accent qui montrait bien leurs origines. Cependant, le poufsouffle avait sans aucun doute le bénéfice d’être scolarisé en Angleterre. Son anglais était parfait et jamais hésitant ce qui ne semblait pas être le cas pour monsieur Lee.
« Buongiorno professeur, je suis bien Julius et c’est bien mon balai. » Levant son balais Julius ajoutait une image à ses mots. « Il n’a servi qu’une fois. » Cette fois-ci, il reposait son balai au sol. « Mais je dois vous prévenir qu’être mon professeur ne sera pas facile. Je ne sais pas si vous avez eu l’occasion de parler avec l’un de vos prédécesseurs, mais j’ai un lourd passé de maudit du balai. » Julius ne pouvait retenir un léger rire. « Aussi, je tenais juste à vous prévenir que quelques membres du club d’art vont venir prendre des photos. Ils doivent perfectionner leur rapidité de prise d’image instantanée. »

_________________

« La peinture est un art, et l’art dans son ensemble n’est pas une création sans but qui
s’écoule dans le vide. C’est une puissance dont le but doit être de développer et
d’améliorer l’âme humaine ».
Wassily Kandinsky.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Personnel
Patronus : Guépard
Epouvantard : Perte de motricité
Objets en possession : le DB-X, Magellan et une baguette en bois de prunélier
Localisation : Dans les airs, sur mon balai
Sortilèges lancés : 92
Points Gagnés : 47
Est arrivé le : 28/01/2016
Cheese :


Parchemin
Lâchez-vous:
Famille:
MessageSujet: Re: Flying Lesson 101... Not Found... Error 404? [Julius]   Lun 8 Fév - 11:33

« Buongiorno professeur, je suis bien Julius et c’est bien mon balai. »

J'étais persuadé que l'anglais pour dire bonjour, c'était "hello", vu que c'est ce que tout le monde me dit. Mais "bionjiorno"... Pfff, connais pas. On va faire comme si j'avais rien entendu parce que JE SAIS PAS CE QUE CA VEUT DIRE ET QUE JE PANIQUE DEJA ET QUE C'EST PAS BIEN ET QUE... du caaaaaalme, Tae, du calme. Respire. Je respire, en effet, insouflant une longue bouffée d'air frais et recrachant le tout dans une looooongue expiration. Ok, maintenant, on peut commencer. Alors, au moins, je ne me suis pas planté, c'est bien Julius. Vous imaginez la honte que j'aurai pu me payer si jamais ça n'avait pas été l'élève en question? Mais bon, vaut mieux pas y penser, je ne me suis pas planté. C'est son balai? Tant mieux. Il n'a servi qu'une fois? Je fais une moue de désaprobation. Tsss, c'est pas normal ça. Un balai, ça s'entretient! Ca s'utilise tous les jours! Enfin... ok, pas tous les jours. Mais d'après ce que je vois, c'est un balai technique, marque Nimbus. 2000 ou 2001... Hmm... A voir. Et c'est machins-là, il faut le monter souvent. Il le pose par terre.

- Je peux?

Je tends la main avant même d'avoir son avis ou non. Le balai n'attends pas une seule seconde et VIIIIIOM. Droit dans la main. Je l'attrape donc d'une poigne ferme, étonné de la facilité de réaction. Rien à voir avec le DB-X. D'ailleurs je sens ce dernier frissonner de toutes les fibres de son être, les branches de sa queue se redresser, comme un chat feulant et crachant. Jaloux? Ouai, totalement. Mais je fais comme si de rien était, de un parce que je sais que le DragonBreath a un très mauvais caractère et de deux parce que je n'aime que lui alors y'a aucune chance pour que je le laisse au profit d'un Nimbus. Je le regarde sous toutes ses coutures, je vois alors que c'est une série 2000. Version 8, je dirais, si mes yeux ne me trompent pas. C'est la couleur qui me décide parce que la version 7 était plus sombre. Encore un crétin de designer qui pense que si le bois est sombre, ça se voit mieux de loin. Pff... On s'en fout de ça. Mais c'est pas la question de la journée. L'élève enchaine en affirmant que ça sera pas facile. De quoi? Ah, être prof? Ouai, bah ça je le sais déjà. Ah nan. SON prof. Pourquoi? Un passé de maudit du balai? Je souris, un large et grand sourire qui remonte jusqu'aux oreilles. C'est dans sa tête qu'on est maudit. Et puis, j'aime bien les challenges. Je vais pour reposer le balai, mais Julius ajoute une dernière phrase.

- Tu sais, si tu penses que tu es "maudit du balai", vaudrait mieux pas qu'ils viennent te voir.

Au pire, je les virerais. J'adore abuser de mon "pouvoir" de professeur. Et puis je m'en fiche, tant qu'on ne me pose pas de question sur ma vie personnelle, les autres personnes peuvent prendre autant de photos qu'elles le veulent. Bref. Je lui rends donc son balai. Le modèle 2000/8 étant récent et sachant que Julius n'est pas en première année, je devine qu'il a commencé sur l'un des balais de l'école. Cleansweep ou autre. Un vieux machin brinquebalant mais suffisamment facile pour l'esprit à contrôler. Le Nimbus, c'est un peu plus difficile, mais tellement agréable. Pour savoir où en est l'élève, y'a pas d'autre manière que la démonstration.

- Tu es à l'aise sur ton Nimbus où c'est justement parce que tu n'y arrives pas du tout que tu as demandé cette leçon? Je m'avance dans le stade, me dirigeant vers le milieu, mon DB-X toujours sur l'épaule. Pourquoi tu as choisi le 2000/8? Coup de coeur? Fiabilité? Aisance? Parce que s'il n'a qu'une affinité avec le design et pas le caractère du balai, alors oui, ça va être coton. Je pose mon propre balai horizontalement, à hauteur de chaise et oh, magie (mouahahahaha), il tient tout seul dans les airs, sans bouger. Brave bête. Je m'asseois dessus. Attention, je ne l'enjambe pas, je pose juste mon fessier, comme sur une chaise. Les coudes sur les genoux. Montre moi les bases que tu maitrises. A commencer par l'appel du balai à ta main. Et après... jusqu'où tu peux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



prefet pouffy
Patronus : Colibri
Epouvantard : Brigade d'arrestation des voleurs d'arts.
Objets en possession : Rappel tout / portable
Localisation : Attentif dans une salle de cour
Sortilèges lancés : 416
Points Gagnés : 0
Est arrivé le : 06/03/2014
Cheese :


Parchemin
Lâchez-vous:
Famille:
MessageSujet: Re: Flying Lesson 101... Not Found... Error 404? [Julius]   Lun 8 Fév - 16:39

Le mot étrange clignotait en gros dans la tête du jeune Italien. Ce nouveau professeur sortait de l’ordinaire. Ces gestes n’étaient pas ceux du commun des mortels tout comme la manière qu’il avait de déformer son visage. Julius ne pouvait par ailleurs s’empêcher d’essayer de reproduire ces expressions faciales tant il en était automatiquement devenu obsédé. Jamais l’un de ces modèles n’avait ainsi attisé son intérêt pour cette communication non-verbale. Il observait ce phénomène oubliant presque pourquoi il était sur ce terrain de quiditch. Et c’est à peine s’il se rendit compte que son balai se trouvait désormais dans les mains de monsieur Lee.
Dans la tête de l’artiste, un millier d’idées venaient de germer. Il imaginait tout de suite un élève en particulier avec une des expressions du professeur. Et il y avait cette panique que Teayang tentait d’intérioriser ! Julius la relevait simplement pour lui tout en créant de nouveau un tableau imaginaire qu’il essaierait plus tard de mettre en forme. Un sourire satisfait naissait sur le visage de l’Italien. Après ce flot d’inspiration, il était certain que ce cours ne pouvait devenir un cauchemar. Quand bien même cela serait immortalisé par tes protégés, comme le soulignait ton professeur.
« Oh, cette malédiction donnera à coup sûr de magnifiques photos. »
Être photographié ne posait pas de problèmes à Julius, même si les photos pouvaient le desservir. Il y trouvait un certain charme. Celui de se voir tel que l’on peut être à certains instants de la vie. Car ce sont ces photos auxquelles on s’attache le plus tant elles sont cinglantes de réalisme.
Mais voilà que le cours allait débuter pour de bon. Julius vit tout de suite que le professeur était dans son domaine de prédilection. Sa voix n’était plus hésitante et ses questions étaient celles d’un professionnel ce qui était loin d’être le cas pour le Orsini. Intérieurement, le jeune homme se félicita de n’être jamais gêné, car bien évidemment ce qu’il allait répondre allait à contre-courant des espoirs que pouvaient avoir Taeyang.
« De tous les balais que j’ai pu essayer ce nimbus me semble semblable à n’importe quel balai. Je ne vais pas vous mentir, la seule fois où je l’ai essayé, c’est lorsque je l’ai reçu par hiboux pendant l’été. Je l’ai choisi sur parchemin pour sa couleur, sa forme et pour ses critiques dans un journal spécialisé. Le problème voyez-vous, c’est qu’en plus de ma malédiction, aucun balai n’a su supporter mon esprit disons dictatorial. Un balai ne me supporte pas plus de 10 minutes. »
Une relation comme celle que Julius pouvait avoir avec April. Quoique, il ne leur suffisait que d’une minute pour se détester. Mais trêve de comparaison. Le moment fatidique était arrivé. Le maudit devait grimper sur son balai. Y grimper était toujours assez simple. Y rester en revanche posait un sérieux problème.
« Surtout, soyez prêt à éviter n’importe quel projectile ou n’importe quoi d’autre. Faîtes comme si vous vous trouviez en plein match et qu’un cognar vous avait pris en grippe. »
Après la prévention était venu le temps de l’action. Julius posait alors son balai au sol tout tranquillement avant de l'appeler par l’esprit. Une étape du vol qui l'avait longtemps amusé à ses débuts. La première fois, son balai avait poursuivi un de ses camarades de classe avant que le professeur n’intervienne. Les choses avaient évolué. Aujourd’hui, le balai arrivait toujours dans la main de Julius mais toujours après avoir fait une petite balade de santé. Car bien évidemment lorsque l’italien appela son Nimbus celui-ci se redressa avant de filer seul entre les gradins. Julius en souffla. Il conservait cependant sa main levée prête à recevoir l’engin tout en tapant le sol de son pied-droit.
« Il va revenir… C’est… Normal disons. »
Julius regarda son professeur en souriant, appréciant un moment de silence. Cela mit au moins cinq minutes avant que l’on puisse voir le balai se diriger enfin vers son propriétaire. Celui-ci fit même un tour de rond-point de Julius avant de venir dans une bourrasque de vent se caler entre les doigts du jeune homme.
« Vous voyez… Ils reviennent toujours. »
Julius enfourchait donc son balai qui tel un taureau semblait vouloir charger quelqu’un. Habituer à ce phénomène l’italien pouvait le retenir, mais cela ne durait qu’un temps. Se concentrer sur une seule et même chose n’était pas le point fort de Julius. Sa concentration deviendrait de moins en moins grande jusqu’à ce que son balai lui échappe.
« Voilà. Je parviens à tenir en équilibre sur un balai sans trop de mal, cependant mon balai ne veut jamais garder la pose. »
Julius parvenait à maintenir un balai à un ou deux mètres parfaitement parallèle au sol et ensuite c’était la débandade. D’ailleurs, sentant que ça aller dégénérer il calât au mieux ses pieds sur les espaces prévus à cet effet et il empoigna fermement son balai. Cela ne faisait que commencer.

_________________

« La peinture est un art, et l’art dans son ensemble n’est pas une création sans but qui
s’écoule dans le vide. C’est une puissance dont le but doit être de développer et
d’améliorer l’âme humaine ».
Wassily Kandinsky.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Personnel
Patronus : Guépard
Epouvantard : Perte de motricité
Objets en possession : le DB-X, Magellan et une baguette en bois de prunélier
Localisation : Dans les airs, sur mon balai
Sortilèges lancés : 92
Points Gagnés : 47
Est arrivé le : 28/01/2016
Cheese :


Parchemin
Lâchez-vous:
Famille:
MessageSujet: Re: Flying Lesson 101... Not Found... Error 404? [Julius]   Lun 8 Fév - 17:54

Je me suis complètement désintéressé de lui quand je me suis penché sur son balai, l'examinant dans ses moindres fibres. C'est un vrai Nimbus, ça c'est certain, c'est pas une contre-façon comme on peut en voir chez certaines personnes peu disposées à mettre autant de galions dans un balai. Non, non, celui-là, c'est un vrai de vrai. J'en avais pas touché un depuis... au moins quelques années. Le dernier, ça devait être un 2001/3. Quand j'ai fait un petit tour par le Japon et le Salon du Balai. C'est fou ce qu'ils peuvent inventer comme gadget pour les joueurs, c'est génial en tout cas, j'ai voulu tout acheté mais heureusement le Coach Park a réussi à me raisonner. Je préfère le prévenir que plus il sera stressé, moins ça fonctionnera. Mais il ne semble pas s'en faire. Ok, très bien, j'm'en fiche, moi, je sais monter sur un balai. Bref, on en vient à discuter de comment et pourquoi il a pris celui-ci, entre touuuuutes les marques de balai. Sa réponse est... accablante. Limite terrifiante. Déjà, il l'a acheté sans l'essayer. Grossière erreur. Ensuite, c'est pour son design. Naaan, mais... naaaan quoi. On ne doit jamais faire ça. Encore une fois, c'est une moue, limite théâtrale, de pure désapprobation (et de pure horreur) qui passe sur mes traits. Les critiques, je veux bien, parce que c'est vrai que ça aide à choisir le bon balai. Mais quand même. Et il a un esprit... "dictatorial"... kessako? AAAAAAH, il utilise des mots que je comprends pas. Maman, où es-tu? Bon, c'est pas grave, on va faire comme si j'avais pas entendu ça, non, mieux, comme s'il ne l'avait pas prononcé. donc en plus de sa malédiction (qui n'en est pas une, j'suis certain, les malédictions, ça n'existe pas), son balai ne le supporte pas plus de 10 minutes? Très bien, on va voir ça. En place, mon gars.

« Surtout, soyez prêt à éviter n’importe quel projectile ou n’importe quoi d’autre. Faîtes comme si vous vous trouviez en plein match et qu’un cognar vous avait pris en grippe. »

Pff... S'il croit me faire peur... Rien que le DB-X est plus chiant que 10 de Nimbus réunis... Alors nan, j'ai pas peur. D'ailleurs, je m'assois sur mon balai et attend que ce... Julius me fasse la démonstration du siècle. J'avoue que pendant une seconde, je me dis que ça va peut-être être pire que les premières années... Vu qu'il n'a jamais monté ce balai en particulier. Quand même, à son âge... M'enfin, bon, n'entrons pas dans sa vie privée, ça ne me regarde pas. Les coudes sur les genoux, je vois l'élève tendre la main et appeler son balai. Déjà, je fronce les sourcils. Ca commence mal. C'est pas comme ça! D'ailleurs, la réaction du balai ne manque pas et ce dernier se casse à Trifouillette-lès-Oies. Mon regard se fait amusé alors qu'il navigue entre un balai capricieux et un élève frustré. Il va revenir? Oui, je m'en doute. Ils reviennent toujours, en effet. Le Nimbus fait de lui-même son petit tour de chauffe, sous mon postérieur, je sens que le DragonBreath voudrait faire de même, mais il reste en place, à mon commandement. Finalement, le balai récalcitrant revient à son propriétaire, dans sa main, mais, cela se voit d'ici, bien peu enclin à lui obéir.

« Voilà. Je parviens à tenir en équilibre sur un balai sans trop de mal, cependant mon balai ne veut jamais garder la pose. »

Le balai est loin de se laisser faire. Mais je continue à ne rien faire et à observer. Il faut que je comprenne le coeur du problème si je veux l'aider. Parce que c'est pas normal qu'un balai décide de faire ce qu'il veut avec son propriétaire. Julius, sur son balai, arrive donc à tenir à un bon mètre au dessus du sol, sans pouvoir le stabiliser, comme l'est mon propre balai. Il a dit 10 minutes, non? Et bah on va attendre 10 minutes pour voir ce qui lui arrive à ce brave garçon. Pendant ce temps, on va essayer de connaître un peu le fond de sa pensée.

- Est-ce que tu arrives à réfléchir... Je veux dire... Si tu veux virer à droite, tu dois penser "virer à droite" ou bien est-ce que ça vient tout seul ou bien... absolument pas du tout? Mon propre balai s'élève au même niveau que lui, pourtant, je suis largement plus détendu (c'est une première, je pense) que l'élève, puis qu'il s'agrippe intensément au manche du Nimbus. Ca, c'est déjà un autre point à corriger. La position. Mais toujours je ne dis rien. Tu es bon en... classe de... dans une autre classe? Est-ce qu'il y a une matière que tu aimes beaucoup? Même si c'est une chose de... 머글... Ah mince, je sais pas le mot dans ta langue... euh, les gens qui n'utilisent pas la magie. On a dû me le dire, vu que c'est un mot qu'ils utilisent souvent ici, mais pour moi le vocabulaire anglais se ressemble tellement, j'arrive jamais à faire la différence entre "champignon" et "citrouille"... vous voyez? Bref. Revenons à notre "maudit". Je me dis que les 10 minutes ne devraient pas être loin d'être terminées et je fais craquer les doigts de mes mains. Même si la hauteur n'est pas folichonne, je suis prêt à attraper le manche de son balai si ce dernier décide de se carapater à nouveau. Je ne voudrais pas qu'un élève, sous ma responsabilité ne se fasse mal. J'ai dit "ma responsabilité"? Han, ça y est, je repanique. J'aime pas "être responsable"... J'aimerais tellement juste... jouer... faire ce que je sais faire de mieux. Mais bon... Concentre-toi, Tae. Si le Nimbus décide de prendre la poudre d'escampette, il ne va pas t'attendre! Alors oui, je me tiens près. A saisir la bête et à la stopper net. Je sens, de là où je suis pourtant, que le balai résiste de plus en plus à son propriétaire. Reste concentré, Julius... sinon, tu vas finir par terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



prefet pouffy
Patronus : Colibri
Epouvantard : Brigade d'arrestation des voleurs d'arts.
Objets en possession : Rappel tout / portable
Localisation : Attentif dans une salle de cour
Sortilèges lancés : 416
Points Gagnés : 0
Est arrivé le : 06/03/2014
Cheese :


Parchemin
Lâchez-vous:
Famille:
MessageSujet: Re: Flying Lesson 101... Not Found... Error 404? [Julius]   Lun 8 Fév - 23:14

Pour le moment, tout était sous contrôle. Julius parvenait à maintenir son balai entre ses jambes et tout ce qui s’était déroulé lui paraissait, on ne peut plus, normal. A force, il avait pris l’habitude. Il essayait de se concentrer sur son balai, mais son manque de passion pour cet objet faisait qu’il s’en détachait très rapidement. Il sentait que ce nimbus cherchait la liberté, ce qui ne dérangeait pas Julius. Il l’aurait d’ailleurs laissé volé tranquillement s’il n’avait pas eu comme objectif de le mater. Le jeune homme se demandait d’ailleurs s’il ne gagnerait pas son temps avec un cheval ailé. L’équitation était un jeu d’enfant pour lui.
Agrippant son balai comme s’il l’étranglait, Julius conservait sa posture de prince. Le dos bien droit, les yeux rivés sur son professeur, il écoutait celui-ci. Il lui posa une première question qui lui semblait sans importance. Comment virait-il à droite ? Bonne question. Il n’en savait rien. Julius regardait tout simplement à droite sans chercher à demander quoique ce soit à son balai.
« Et bien, je me contente de tourner mon regard vers la droite. Ça fonctionne plutôt bien sûr un ou deux mètres, ensuite le balai fait ce qu’il veut jusqu’à ce que je parvienne à reprendre un minimum de contrôle. »
En parlant de contrôle, le nimbus commençait sérieusement à trembler, ce qui énervait Julius. L’italien s’imaginait déjà rentrer de force ce balai dans sa boîte d’origine avant de demander à Charles de le ranger avec les autres. Il serait sorti une fois par an lors de la grande réunion de famille au château. Les cousins grecs, grands amateurs de quiditch, ne résisteraient pas à l’envi de l’essayer.
Mais voilà que monsieur Lee posait une nouvelle question. Cette fois-ci, les yeux de Julius fixaient le bout de son balai. Comme s'il y cherchait une tête à étrangler. Malheureusement pour lui un balai n’avait pas de tête. Le pire dans tout ça s’est que le poufsouffle était également en colère contre lui-même. Il trouvait tout simplement idiot d’être agacé par un objet aussi magique soit-il. Il en oubliait presque de répondre à son professeur. Heureusement, sa question ne lui demandait aucune réflexion. Au moins, il pouvait rester concentrer.
« Je suis un passionné d’art. Toute sorte d’art, que ce soit moldu ou sorcier. »
Comme le souligna l’instant d’après Taeyang, Julius allait finir par terre. Cependant, c’était mal connaître la mauvaise habitude du jeune homme. Celle de laisser son balai partir sans lui pour tranquillement se réceptionner au sol. Julius ne s’acharnerait pas à vouloir à tout prix rester sur cet engin. Les dix minutes étaient écoulées et c’est presque fatalement que notre artiste relâchait tranquillement la bride de son balai. Il relâchait d’abord ses pieds avant de quitter progressivement ses mains du manche. L’instant qui suivait, il donnait une petite impulsion sur son balai pour ne plus avoir de contact avec lui. Tel un animal remit en liberté le ramasse-poussière fila entre les jambes de Julius qui se réceptionnait au sol sur ses deux jambes.
Se redressant, il levait tout de suite les yeux pensant voir son balai s’éloigner. Cependant, le professeur Lee avait joué les attrapeurs. Le nimbus 2000-8 était dans ses mains. Julius en souria, les mains posées sur les hanches.
« Bravo professeur ! Cependant, j’espère ne pas gâcher votre temps. Comme vous pouvez le voir il y a tout un monde entre moi et ces balais. »

_________________

« La peinture est un art, et l’art dans son ensemble n’est pas une création sans but qui
s’écoule dans le vide. C’est une puissance dont le but doit être de développer et
d’améliorer l’âme humaine ».
Wassily Kandinsky.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Personnel
Patronus : Guépard
Epouvantard : Perte de motricité
Objets en possession : le DB-X, Magellan et une baguette en bois de prunélier
Localisation : Dans les airs, sur mon balai
Sortilèges lancés : 92
Points Gagnés : 47
Est arrivé le : 28/01/2016
Cheese :


Parchemin
Lâchez-vous:
Famille:
MessageSujet: Re: Flying Lesson 101... Not Found... Error 404? [Julius]   Mar 9 Fév - 17:57

C'est malin, l'art, c'est pas trop mon truc à moi. Il va donc falloir que j'y réfléchisse un peu plus posément. Chose qui n'est pas trop mon truc non plus. Moi j'suis plus du genre à obéir à "fais ci", "fais ça"... Le Coach Park nous dit quoi faire et je fais. Ca me suffit. Je sais que je ne resterais pas un joueur toute ma vie, mais il me reste au moins 10 ans, facile avant que ne vienne l'âge de la retraite, j'ai donc le temps de penser à me reconvertir. En tout cas, je resterais dans le Quidditch, ça c'est certain. Entraineur? Coach Lee? Mouai, ça sonne pas trop mal. Mais si je deviens entraineur, faudrait vraiment que je me tourne vers les tactiques de matchs et tout le bordel. Mais bon, c'est une idée. Après, c'est certain, je peux rester professeur de vol dans une école quelconque. Pourquoi pas. On verra déjà si cette année me convient ou pas. Mais ce qui est certain, c'est que je suis loin de laisser tomber ma carrière de joueur professionnel. Etant près de l'élève, je sens que le balai reprend du poil de la bête. Il va détaler comme un lapin si Julius ne se concentre pas un peu plus. Et comme j'ai pas envie de l'envoyer à l'infirmerie pour une chute je le rappelle à l'ordre. Mais visiblement, il n'a pas envie de forcer sur son esprit et libère le nimbus. Ledit balai part à la vitesse d'un boulet de canon, mais c'est sans compter mes reflexes qui choppent le manche avant qu'il n'ai pu faire un mètre de plus. Instantanément l'objet se stabilise directement et c'est mon DragonBreath qui n'est pas content. Pour me le prouver, il se met à gigoter. Je redescends au sol, comme si de rien était, agrippant les deux balais. Je sens le conflit dans mon esprit. Aaaah, ils ne s'aiment pas en tout cas, c'est certain.

- Suffit, j'ai dit.

Les deux balais s'arrêtent de frissonner et se retrouvent presque mornes, afables, dans mes bras. Je m'appuie sur le mien comme s'il s'agissait d'une canne ou d'un baton de marche et je tends le Nimbus à l'horizontale.

- Remonte dessus. J'attends qu'il soit en position. Mais je ne le lache pas. C'est moi qui commande son balai. Il reste parfaitement stable et immobile. Tu dois apprendre à... Comment expliquer ça en anglais... Je connais pas grand chose de l'art, mais, je pense que ça, ça devrait bien montrer ce que tu dois faire... Imagine un carré blanc, qu'il faut peindre, d'accord. C'est tout blanc pour le moment. Ton esprit doit être pareil au moment où tu montes sur le balai. Tu ne sais pas encore ce que tu vas faire sur le carré blanc, tu n'as pas encore décidé. Tu cherches l'inspiration. Et l'inspiration, elle va venir DU carré blanc. Tu vas donner vie au carré blanc et le carré blanc va te permettre de faire quelque chose de nouveau. C'est pareil avec ton balai. Le balai va autant t'apporter que toi, tu vas lui apporter. Avec toi, le balai va prendre vie, mais avec le balai, toi, tu vas te sentir... plus libre. Je le regarde un moment, cherchant à savoir s'il comprend ce que je veux dire. Tu ne dois pas arriver sur ton balai comme quelqu'un qui veut le commander à tout prix... Oui, tu vas le commander, parce que ton esprit est plus fort, mais tu dois y aller avec douceur aussi. C'est un peu comme avec un animal. Tu attaches un chien avec une chaine, il va vouloir s'en défaire à tout prix. Mais si tu le laisses aller dans le jardin, il ira dans le jardin, mais ne s'enfuira pas. Tu comprends? Deux secondes de blanc. Tu es droitier ou gaucher?

Je lache le manche du Nimbus, mais garde toujours un oeil sur ses mouvements. Et je m'attèle à sa position. Parce que ça ne va vraiment pas. Je comprends pourquoi son balai veut prendre la poudre d'escampette. Je ferais la même chose si j'étais à sa place. J'attrape donc ses mains pour qu'il lache le manche et les secoue dans le vide, comme si elles étaient mouillées. Aaah, il est tout rigide, c'est pas bien, flagada qu'il doit être. Je les sépare également, une ici, sa main forte, à une vingtaine de centimètre du bout du manche. L'autre un peu plus loin, à une bonne dizaine de centimètres de la première.

- Celle-ci va te permettre de guider, en haut, en bas, à droite, à gauche. J'indique la main que j'ai placée en premier. Puis je montre l'autre. Et celle-là va contrôler ton assiette, si tu veux te pencher ou te redresser. C'est celle-là aussi qui va te permettre une bonne stabilité dans l'espace. Elle doit être ferme, mais tu ne dois pas écraser le bois. Je retire ma baguette de derrière mon oreille et lance un sort rapidement. Je m'étonne moi-même car ça fonctionne du premier coup. Bah dis donc... J'suis concentré! Je viens de faire apparaitre une bonne dizaine d'oeufs. Des oeufs de poule dans un joli petit panier, hein, rien de bien folichon. J'en prends un et le place dans sa main forte, celle qui se trouve le plus loin de lui. Cette main doit être la plus légère qui soit. Tu as interdiction de casser l'oeuf. Juste effleurer le bois doit te suffire pour diriger le balai, ok? Je tapote ses épaules. Détendu de là. Le dos droit, c'est un bon point pour lui. Les jambes, je replace ses genoux contre le bois du balai. Les cale-pieds sont juste là pour faire jolis, c'est avec tes genoux que tu tiens en place sur le Nimbus. Je m'écarte de plusieurs pas, rompant le contact du nimbus avec mon esprit. Je sais qu'il ne va pas y arriver tout de suite, c'est pour ça que j'ai fait apparaitre plusieurs oeufs dans le panier. Quand on débute, on a souvent tendance à serrer au plus fort le bois, mais c'est justement l'inverse qu'il faut faire. Plus le contact est léger, plus le balai obéira. A condition de rester concentrer. Pour s'arrêter, c'est pas compliqué, on se redresse un peu, comme pour se remettre debout et tu serres un tout petit peu tes doigts. Tu crois que tu peux faire le tour du stade? Je croise les bras autour du DB-X, ma baguette de retour derrière mon oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Flying Lesson 101... Not Found... Error 404? [Julius]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Flying Lesson 101... Not Found... Error 404? [Julius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 06. you found me lying on the floor
» Recherche GW Flying Bases
» Présentation Julius Maldemart [Validée]
» English: Lesson 1
» Enlevez l'homme devant le labo de recherche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caput Draconis 2.0 :: 
EXTERIEUR DU CHATEAU
 :: 
Le Terrain de Quidditch
-