lienlien
Posteur du mois :
Danny M. White
Posteuse du mois :
Opale A. Oddsparkle

Bravo à Danny et Opale pour avoir autant RP, malheureusement le voteur du mois est annulé suite à des soucis techniques.
Venez les féliciter


Voter aux top-sites, c'est le bien !
Vous gagnez des points pour votre maison et plus vous votez,
plus vous avez de chance de devenir le prochain sorcier du mois.

Envie de RP mais vous ne savez pas avec qui ?
Demandez ICI vous pourrez voir également qui cherche un partenaire de jeu.

La maison Serpentard compte le plus de membres, aussi,
il serait préférable de privilégier les autres maisons pour les inscriptions :3

Partagez | 






 

 Re-connaître [feat. MJ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



MessageSujet: Re-connaître [feat. MJ]   Dim 3 Jan - 23:49

Re-connaître
Télésphore était de sortie, il était de garde pour la première sortie des élèves à pré-au-lard de l'année. Le temps était relativement doux bien qu'un peu frais pour un mois de septembre, mais bon il n'y pouvait pas grand-chose, il ne faisait pas la météo. Dans un costume rose comportant de fines broderies en satin brillant d'une couleur légèrement plus claire que le tissu, il commença à faire le chemin pour se rendre vers le village sorcier voisin à l'école de sorcellerie. Il contemplait les oiseaux le long du chemin et fini par arriver devant les trois balais après un temps qui pouvais semblait infini, il avait vraiment été à une vitesse d'escargot, il faut dire qu'il n'aimait pas vraiment encadrer les sorties des élèves, ces petits gredins trouvaient toujours des farces à faire à leur camarades, et cela tournait très souvent en bataille rangée qui finissait habituellement avec un ou deux blessés. Et il était notoire que le professeur d'histoire de la magie détestait par-dessus tout ce genre de comportement, les élèves n'arrivaient toujours pas à arrêter cette stupide guéguerre inter-maison, cela l'enrageait presque. Presque car Télé ne rageait pas, il s'énervait beaucoup lorsque ce genre de chose se passaient, mais ce n'était pas très long généralement, à moins qu'il ne se passe quelque chose de vraiment très grave. M'enfin, il détestait quand même ça. Il finit par se décider à entrer dans le bar et il s'assit au comptoir, il aimait bien le comptoir, il s'y passait ou se disait toujours des choses intéressantes. Il prit "la même chose que le voisin", le fait est que c'était loin d'être de la  bièreauberre, contrairement à ce qu'il s'attendait. Le quarantenaire n'était pas très attentif à ce qu'il se passait autour de lui, la preuve il se retrouvait avec un verre d'alcool plutôt fort qui lui était ressorti par le nez sous le coup de la surprise. Pas que l'homme ne soit pas capable de boire de l'alcool, ou qu'il soit spécialement sage par rapport à la boisson, mais ce qu'il avait dans les mains, mais également sur le reste du visage et du haut de son costume, était extrêmement fort. Il regarda autour de lui, la tenancière qui l'avait servi le regardait avec un sourire moqueur. Il tourna la tête vers la gauche et reconnu que sa voisine de comptoir était en fait une ancienne élève de Poudlard, elle était devenue, selon ce qu'il avait compris, une journaliste.

« Ho bonjour Miss Clarkson ! C'est une bonne surprise de vous trouver là, vous venez souvent à Pré-au-lard ?? » Dit-il le visage toujours ruisselant.

Au moins Télésphore était toujours fidèle à son habitude d'avoir un air ou une dégaine cocasse, à moins que ce ne soit que de le simple stupidité, ne sait on jamais…



Revenir en haut Aller en bas



avatar
Autres
Patronus : Un Tamanoir (fourmilier géant)
Epouvantard : Le rédacteur en Chef en colère, lui annonçant qu'elle est finalement virée.
Objets en possession : Baguette magique (30 cm, souple chêne blanc et crin de licorne) carnet ,plume à papotte et un dictaphone
Localisation : Londres, chemin de traverse , Gazette du Sorcier
Sortilèges lancés : 91
Points Gagnés : 0
Est arrivé le : 26/12/2015
Cheese :

MessageSujet: Re: Re-connaître [feat. MJ]   Lun 4 Jan - 14:13

Maura-Jean ne savait pas bien expliquer les raisons qui l’avaient poussée à garder contact avec ses anciens camarades de promotion. Charlie et Peter eux ne l’avaient pas fait et avaient préféré abandonner ces ententes adolescentes au profit de leurs relations de travail, d’amis qu’ils avaient rencontrés sur le plan professionnel, pour elle les choses avait été différentes et d’ailleurs elle ne savait pas expliquer pourquoi non plus. Ce n’était pas quelle s’entendait mal avec ses collègues de la rédaction ( et encore que) mais plutôt qu’elle avait du mal à concevoir le fait de les laisser entrer dans son intimité. Son travail prenait déjà tellement de place dans sa vie privée, elle ne se voyait pas en plus passer le peu de temps qu’elle avait en dehors de ce dernier aux gens avec qui elle vivait presque 24 heures sur 24. Parce que le journalisme c’était avant tout un don de soi et un renoncement total à toute forme de vie honorable et sans doutes aussi à sa fierté. La jeune femme avait pris l’habitude de ramper, de harceler, de suivre et parfois de supplier, d’être regardée travers, d’être insultée et même, en raison du poste qu’elle occupait, d’être regardée de haut par certains de ses collègues. Ce qui n’empêchait pas ces derniers de lire avec avidité ses articles et même parfois d’attaquer directement ses compétences. Maura-Jean était une fouineuse invétérée et si elle n’était pas pleinement satisfaite de sa vie elle aimait son métier et elle était seulement dans l’attente de sa promotion à venir. Car elle viendrait.

En attendant, Maura-Jean se complaisait dans son rôle de farfouilleuse, et se satisfaisait grandement de sa réputation. Elle était aimée de son publique et parce qu’elle était douée, son nom n’était étranger à personne. C’était un pas vers sa quête de reconnaissance. Le regard des autres comptait sans doutes trop pour elle, mais elle n’avait pas perdu cette habitude d’être une fille populaire avec qui les autres prenaient plaisir à discuter, échanger et elle tenait toujours le rôle principal dans le groupe d’amis et de connaissances qu’elle avait gardé de l’école. C’était pour les rencontrer, d’ailleurs qu’elle faisait régulièrement des virées à pré-au-lard, dans cette espèce de nostalgie qui les liait. Le temps des rires et de la douceur, cette époque sacro-sainte ou leur souci le plus important était de décrocher une note acceptable en sortilège. Pas de guerre, pas de sang, pas de mort, seulement la paix et tout un monde en reconstruction. Un monde étriqué mais tolérant qui cherchait à panser ses propres blessures laissant au temps le soin d’effacer les cicatrices.

C’était comme cela qu’elle s’était retrouvée ce samedi après-midi, aux « trois balais » alors qu’elle aurait probablement dus profiter de ce (trop) rare répit pour dormir, ou s’avancer dans ses articles à venir. Elle avait un reportage complet sur les héritiers de Célestina Moldubec à écrire et elle était certaine qu’elle serait forcée d’y consacrer certaines de ses nuits. Elle enrageait d’avance. D’autant plus que la personne qu’elle était venu voir, Galatéa Wrost, une ancienne Gryffondor venait de lui annoncer qu’elle avait accepté un service supplémentaire dans l’auberge ou elle travaillait à Londres et qu’elle ne pourrait pas la rejoindre avant deux ou trois heures. Alors Maura-Jean s’était installée au comptoir, salué un des serveurs qu’elle connaissait à force d’habitude et avait finalement commandé son Whisky pur-feu, sec. Faire des excès n’était pas dans ses habitudes mais pour survivre dans le métier la jeune femme avait dû apprendre de nombreuses choses, tenir l’alcool par exemple afin de rester aux aguets quand le sujet de votre reportage, ivre passe enfin aux aveux. Et puis parfois elle avait besoin d’un peu plus qu’une bièraubeure et d’une cigarette pour faire descendre la pression.

Et de la pression, elle en avait trop. Oh, elle ne blâmait personne, elle était la seule responsable de cette situation, mais parfois elle avait vraiment besoin d’une pause, de mettre son cerveau sur « off » et de seulement penser aux choses simples de la vie. Elle n’avait pas vraiment réagis quand l’homme qui avait pris place à coté d’elle avait finalement commandé la même chose, par défaut. Nombreux étaient les gens qui le faisaient et c’était compréhensible, ne pas réfléchir était une des choses qu’elle désirait le plus dans la vie alors quand à calquer ses choix sur ceux d’un inconnu, si elle n’avait pas eût cette monomanie du contrôle, elle l’aurait sans doutes fait aussi. En revanche, elle se retourna sur lui lorsque, surpris, il avait recraché le liquide ambré qu’on lui avait servis. La tenancière avait souris, Maura-Jean elle, avait été sur le point de penser à quel point il était dommage voir criminel de réserver pareil traitement à une si bonne cuvée quand l’homme s’était adressée à elle.

Costume rose, bordé de satin et des traits reconnaissables entre milles ( en tous cas les aurait-elle toujours reconnu pour avoir passé sept ans en leur compagnie), les yeux de la jeune femme s’écarquillèrent brutalement alors que son visage prenait une teinte embarrassée.
« - P-…Professeur Graham, je ..oh ..je suis sincèrement désolée ! »
Il n’existait pas un mot pour décrire l’intensité de sa gêne et s’était stupide, elle n’était plus son élève et elle avait parfaitement le droit de boire un verre si elle en avait envie, mais elle senti profondément coupable de se montrer de la sorte. Une femme qui bois du Whisky à seulement quinze heures. Elle attrapa nerveusement sa serviette et se rapprocha un peu pour essuyer son visage et lui laisser le soin de faire le reste lui-même. Maura-Jean, comme ses frères et sœur, avait été une élève exemplaire et elle n’avait pas le souvenir qu’un professeur n’ait jamais eu à se plaindre d’elle. Elle gardait un bon souvenir de ses cours d’Histoire de la magie, la matière l’avait immédiatement passionnée et rapidement elle s’était imposée obtenant un O à ses BUSEs puis aux ASPICs. C’était sans doute cette matière qui l’avait confortée dans l’idée qu’elle voulait devenir journaliste.

« -Quand à venir souvent, je ne sais pas si c’est le mot approprié, mais je suis au Village de façon assez régulière. Une fois tous les deux mois on réunis tous les copains de la promo, vous devriez venir une fois ! »
Un sourire éclatant s’inscrivit sur ses lèvres. Elle le dévisagea sans pudeur, un instant comme pour s’imprégner de ce visage familier et étrangement nostalgique. Elle n’avait pas souvent repensé à ses professeurs depuis qu’elle avait quitté l’école et en vérité l’idée qu’ils aient une vie en dehors de celle-ci, en dehors de l’époque où elle y avait été lui faisait un drôle de choc. Mais elle était ravie de le voir, honteuse de la situation mais profondément ravie. Il n’avait pas vraiment changé, peut-être que les rides autour de ses yeux s’étaient creusées mais il restait égal à lui-même dans ses tenues étranges et vives, avec ce sourire un peu bancal qui réchauffait le cœur.
« - Je n’arrive pas à croire que vous vous souvenez de moi, vous avez tellement d’élèves ! » un rire dans ses yeux « Vous êtes de corvée pour escorter les élèves , c’est ça ? Est-ce que cela va aller si vous buvez cela ? Laissez-moi vous inviter pour cette fois, que pensez-vous d’une Bièraubeurre, professeur ? » elle avait dit en se penchant pour attirer l’attention de la barmaid.« -Vous vous portez bien ? ça vous dérange si je fume ? » elle avait dit en sortant son paquet de cigarette de sa poche.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



MessageSujet: Re: Re-connaître [feat. MJ]   Dim 17 Jan - 20:26

Re-connaître

« P-…Professeur Graham, je ..oh ..je suis sincèrement désolée ! »

Le professeur se laissa essuyer le visage, comme un tout petit, par la jeune femme avant de prendre le relais et de continuer à éponger avec la serviette de son ancienne élève son beau costume, il n'était vraiment pas doué pour la magie, alors il devrait attendre de rentrer au château pour le nettoyer correctement afin d'éviter de de se payer une monumentale humiliation devant les sorciers du coin avec quelques essais infructueux d'un simple sortilège de nettoyage.

« Oh, ce n'est pas grave. »

« -Quand à venir souvent, je ne sais pas si c’est le mot approprié, mais je suis au Village de façon assez régulière. Une fois tous les deux mois on réunis tous les copains de la promo, vous devriez venir une fois ! »

« Heu.. oui, ça peut être intéressant... je verrais ça. »

Il fini de s'essuyer le peu de liquide qui pouvait l'être encore puis se reconcentra sur son ancienne élève. Elle avait quand même bien changée, ho certainement pas en mal, mais revoir ses élèves devenu des adultes pleinement accomplis avait quelque chose d'un peu étonnant, même si ce n'était pas la première fois qu'il se trouvait dans cette situation, mais ça restait toujours un peu bizarre. Et ça le vieillissait... beaucoup.

« - Je n’arrive pas à croire que vous vous souvenez de moi, vous avez tellement d’élèves ! »

« Hé bien, étonnement j'arrive à plutôt bien me souvenir de tous mes élèves enfin... ça dépend tout de même. »

Oui, il arrivait à se souvenir de la plus grande majorité de ses élèves, cela était sans doute lié au fait qu'il s'attachait beaucoup à eux. Il n'avait lui-même pas d'enfant et compensait pas l'affection qu'il leurs portait et qu'ils lui portaient. C'était peut-être un peu étrange et lui avait par ailleurs déjà porté préjudice auparavant. Des parents s'étaient plaint du fait qu'il était proche de ses élèves et cela lui avait valu quelques enquêtes sur son comportement en général, mais cela n'avait rien donné, heureusement pour lui car il ne pensait pas à mal.

« Vous êtes de corvée pour escorter les élèves , c’est ça ?  »

« Ha oui, effectivement... ce n'est pas très amusant, j'espère que ça se passera bien cette fois-ci. L'an dernier, pour la première sortie à Pré-au-lard, des élèves de cinquièmes année de Gryffondor et Serpentard se sont presque arrachés la peau du visage à cause des sortilèges qu'ils ont utilisés, c'était horrible à voir et mon collègue a dû se charger de les transporter jusqu’à l’infirmerie de l'école. »

Oui, son collègue. Lui il était trop occupé à essayer de trouver les autres participants de la bataille qui avait eu lieu, ça avait été bien pénible et il avait très sévèrement puni les élèves en question. Malgré le fait qu'il était une personne très sympathique cette dernière s'arrêtait soudainement lorsque ce genre d'incident se déroulait.

« Est-ce que cela va aller si vous buvez cela ? Laissez-moi vous inviter pour cette fois, que pensez-vous d’une Bièraubeurre, professeur ? »

« Hé bien, c'est peut-être plus approprié au fait que je dois assurer mon travail Miss Clarkson, une bièreaubeurre ne serait donc pas de refus. »

Il attrapa la nouvelle boisson et la porta à ses lèvres,, c'était de toute évidence beaucoup plus supportable que l'alcool fort qu'il avait commandé par inadvertance en copiant la jeune femme. Bien qu'il était un peu tôt dans l'après-midi il ne jugerait pas ses tendance, chacun sa façon de décompresser.

« -Vous vous portez bien ? ça vous dérange si je fume ? »


« Oui, comme d'habitude. Et vous Miss ? Ho, non pas du tout allez y. »

Dit-il avec un sourire. Pas de changement significatif dans sa vie personnelle, malheureusement... Enfin, il fallait le supporter et ce n'était pas une mince affaire avec toutes ses petites manies et son caractère plus ou moins enfantin et surtout fluctuant.

« J'ai entendu dire que vous travaillez dans un journal, ça se passe bien pour vous là-bas ? »

For you:
 

Revenir en haut Aller en bas



avatar
Autres
Patronus : Un Tamanoir (fourmilier géant)
Epouvantard : Le rédacteur en Chef en colère, lui annonçant qu'elle est finalement virée.
Objets en possession : Baguette magique (30 cm, souple chêne blanc et crin de licorne) carnet ,plume à papotte et un dictaphone
Localisation : Londres, chemin de traverse , Gazette du Sorcier
Sortilèges lancés : 91
Points Gagnés : 0
Est arrivé le : 26/12/2015
Cheese :

MessageSujet: Re: Re-connaître [feat. MJ]   Lun 18 Jan - 10:18

« - Ce serait vraiment bien vous savez ? J’attends Galatéa Wrost, une gryffondor brune un peu enrobée, vous vous souvenez ? Figurez-vous qu’elle a eu un fils, l’an dernier. Bon dieu, à mon âge, un enfant vous vous imaginez ? »

Elle eût un rire mi- amusé, mi- gêné en fait. Il était normal à presque vingt-cinq ans de chercher à fonder sa propre famille, à envisager des enfants ou même d’en élever certains déjà. C’était la moyenne nationale en tous cas, pour les femmes. Maura-Jean pourtant n’arrivait pas à se concevoir dans le rôle d’une mère ou d’une épouse. Elle était mariée à son travail qui lui prenait plus de temps qu’elle n’en avait et il n’y avait pas de place dans sa vie pour un homme ou un enfant. Certaines fois on lui laissait entendre que c’était un échec social pour une femme ne pas enfanter, mais bon sang ce n’était pas parce qu’elle était née avec un utérus qu’elle avait forcément l’horloge biologique réglée sur femme-en-mal d’enfant !  Elle était certaine d’être une mère horrible, à l’instar de la sienne profondément accaparée par sa vie professionnel mais avec en plus le vice d’être oralement agressive.  Elle n’avait pas la patience suffisante pour répéter inlassablement les même choses jusqu’à ce qu’elles soient entendues. La journaliste aimait les enfants, quand ils étaient aux autres et qu’elle n’avait à s’occuper de leur éducation.

« -Mais à quoi pensent-ils ? Comment leurs parents les éduquent-ils pour en arriver à ce type de comportement ? C’est purement scandaleux ! Pourtant à mon époque je ne me souviens pas qu’il y ai eût des tensions particulières. »

S’il y en avait eu, elle ne s’en souvenait pas. Serpentard de son état elle avait jouit d’une réputation qui avait transcendé les clivages et elle n’avait jamais eu de soucis à se faire des amis quelques soient les maisons. Elle était intégrée parmi les siens et assez appréciée par les autres pour pouvoir fréquemment manger à leur table ou, mieux, s’introduire dans leurs salles communes. Sans histoire, Maura-Jean avait pourtant eût une scolarité marquée par de nombreux contact sociaux fructifiant aux vues des relations qu’elle en gardait. La plupart de son réseau professionnel avait été constitué du temps de sa scolarité, des gens qui avaient fait leurs études à ses côtés, parfois main dans la main et qui maintenant collaboraient avec elle. Comme Bonny Reed par exemple, photographe à la gazette, ou  Aiden Perkins agent de sécurité, Arménia Hooper au département des sports et de la culture …des gens avec qui elle avait d’autant plus de faciliter à échanger qu’elle les connaissait de longue date, des relations proches et soudées.

Qu’en était-il de cette nouvelle génération d’abandonnés de l’éducation qui méprisait les code de l’école et la façon dont ils étaient s’entraider, usant des qualités de chaque maison pour créer une harmonie ? Comment ces jeunes écervelés qui pensaient que la vie est un jeu et se vautraient dans une animosité générale et sans réelle ambition ou visage feraient-ils pour travailler ensemble à l’avenir ? Quand de vieilles rancunes viendraient brouiller des travaux communs et importants pour la société ? Leur légèreté d’esprit la débectait totalement.

Maura-Jean alluma sa cigarette et tenta de calmer la nouvelle frustration qui venait de naître en elle à la seule pensée de cette jeunesse dépravée. Elle ne voulait pas les empêcher d’expérimenter des choses, bien au contraire, elle était même la mieux placée pour les y encourager, mais elle pensait que ses quêtes et cette pseudo-rébellion devaient avoir un sens ou un intérêt pédagogique. Que ça devait aider les enfants à grandir et à trouver leurs marques dans ce grand monde ou leurs ennemi du jour deviendrai l’allié de demain. Les choses en était loin pourtant, la faute à qui ? Aux parents démissionnaires ? A la direction trop laxiste ? elle ne savait pas trop mais dans l’histoire : les enfants étaient les victimes. Quand bien même ils étaient trop bornés ou stupide (voir naïf) pour s’en rendre compte.

« - Bien, oh oui je suppose. C’est terrible en fait, j’ai l’impression d’avoir vieillis de vingt ans depuis que j’ai quitté l’école. J’ai du travail par-dessus la tête, des milliers d’heure de sommeil en retard et , bordel je jurerai qu’un train m’a roulé dessus cette nuit, mais étrangement : Je ne me suis jamais sentie aussi heureuse et vivante ! »

Et c’était vrai. Maura-Jean était une accro de la pression, une droguée du travail et elle était certaine qu’un jour c’était ça qui la perdrait, mais en attendant, elle était heureuse. Plus qu’elle ne pouvait le dire avec des mots.

« - Ouais, je le suis devenue. Ça n’a pas été facile, et c’est pas un poste aussi glorieux que celui d’Eugène, mais je suis entrée à la Gazette du Sorcier, même si je ne suis pas dans l’équipe que je souhaitais ! »

Un sourire un peu tendu s’inscrivit sur ses lèvres alors qu’elle s’étirai un peu. Elle tira un peu sur sa cigarette et la fumée magique qui en sorti forma un petit phénix gris. Elle le regarda discrètement mais en moins de deux secondes il avait disparu.

« - Vous enseignez toujours l’Histoire ? vos cours me manquent, vous n’avez pas idée d’à quel point ils m’ont servi depuis que je suis dans le journalisme. Beaucoup de sujets d’actualité son en lien avec des évènement que nous avions traité avec vous ! de temps en temps je sers de « petites mains » au département de l’information général, et honnêtement je suis ravie de pouvoir apporter ce genre de développements. »

Ecrasant sa cigarette dans le cendrier en face d’elle et en chercha une autre pour l’allumer. Compulsivement. Elle était presque ravie que Galatéa soit en retard. Elle ne pensait pas qu’elle aurait pu discuter autant avec le professeur Graham en sa présence.

« - Je pense que je dois vous remercier pour cela. »

Elle avala une nouvelle gorgée de son Whiskey. Ecoutant un moment le bruit ambiant.

« - La petite Miller suis encore vos cours ? elle se comporte bien ? »

Elle avait demandé finalement, curieuse de savoir ce qu’il en était de sa petite protégée. Elle n’était pas la mère de Sarah, ni sa sœur naturelle, mais elle l’accueillait chez elle, la conseillait, la guidait  et en fait c’était un peu pareil, non ?

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



MessageSujet: Re: Re-connaître [feat. MJ]   Sam 6 Fév - 14:08

Re-connaître

« Hé bien si vous êtes heureuse comme ça c'est ce qui compte ! Ne vous inqutez pas je suis sûr que vous arriverez à entrer dans l'équipe que vous voulez en persévérant. »

S'il y avait bien une chose qu'il pouvait se rappeler de la jeune femme qui lui faisait face c'est qu'elle était persévérante, il ne doutait pas qu'elle réussirait à trouver la voie qu'elle cherchait. Et Télésphore le lu souhaitait de tout son cœur.

« Oui j'enseigne toujours l'histoire Miss, je ne pense pas que cela change avant un long moment d'ailleurs... »

L'enseignant sourit en repensant à tout ce temps qu'il avait passé à apprendre aux élèves, oh il était loin d'être le meilleur professeur au monde, il ne se faisait pas d'illusion là-dessus, mais il aimait à croire qu’il avait aidé la plupart des enfant qu'il avait eu comme étudiant. Ça n'avait pas toujours été ainsi, il avait essayé de se lancer dans une carrière d'inventeur, à son propre compte, avant de devenir ce qu'il était, malheureusement ça n'avait pas fonctionné comme il l'espérait. Enfin tant pis c'était du passé, il aimait sa vie, c'est ce qui comptait.

« ho derien, je suis content que mes cours vous servent encore après tout ce temps. Au moins ce ne sont pas des connaissances perdues. »

« - La petite Miller suis encore vos cours ? elle se comporte bien ? »

« Oui, Miller suis toujours mes cours, enfin si suivre est le terme qui convient à sa présence mais oui. Même si elle a des résultats convenables, c'est loin d'être le cas de son comportement. Enfin elle s'amuse, le plus souvent avec Rose Weasley, des blagues, un peu tout le temps. Ça m'a toujours étonné les élèves réussissant a avoir de bons résultats en faisant toute sorte de bêtises. »

Dit-il avec un petit rire dans la voix. Miller était tout de même généralement assez gentille, mais elle faisait les quatre cent coups. Et il en avait malheureusement déjà fait les frais. Comme le coup des petites bêtes se baladant un peu partout, ou encore plein d'autres petite choses comme ça. Il se souvenait d'avoir entendue parler du premier jour de cours de Sacha, elle et Rose avaient mis un bazar pas possible dans le cours de sortilège.

« vous connaissez Miss Miller depuis longtemps ? je ne savais pas que vous vous fréquentiez toutes les deux. »


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Re-connaître [feat. MJ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Re-connaître [feat. MJ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Et comment Evan se fit connaître
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Comment peux-tu te connaître si tu ne t'es jamais battu ? | shane
» Just the same //feat Matt'//
» » La vie est un jeu, dis moi à quoi tu joues on se connaîtras mieux ♪ v2.0

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caput Draconis 2.0 :: 
FLOOD PARTY
 :: 
La Corbeille
 :: Saison 2 :: Chapitre II
-