lienlien
Posteur du mois :
Danny M. White
Posteuse du mois :
Opale A. Oddsparkle

Bravo à Danny et Opale pour avoir autant RP, malheureusement le voteur du mois est annulé suite à des soucis techniques.
Venez les féliciter


Voter aux top-sites, c'est le bien !
Vous gagnez des points pour votre maison et plus vous votez,
plus vous avez de chance de devenir le prochain sorcier du mois.

Envie de RP mais vous ne savez pas avec qui ?
Demandez ICI vous pourrez voir également qui cherche un partenaire de jeu.

La maison Serpentard compte le plus de membres, aussi,
il serait préférable de privilégier les autres maisons pour les inscriptions :3

Partagez | 




 

 Quand le roi des bêtises punit ses sujets [PV Rose]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar
Autres
Patronus : Un Cerf
Epouvantard : Un Détraqueur dévorant l'âme de ses enfants
Objets en possession : .................
Sortilèges lancés : 36
Points Gagnés : 30
Est arrivé le : 11/12/2015
Cheese :


Parchemin
Lâchez-vous:
Famille:
MessageSujet: Quand le roi des bêtises punit ses sujets [PV Rose]   Mer 30 Déc - 22:40

Délicieux.

Cela faisait si longtemps que ses sens en étaient décuplés. Six mois au moins qu'Harry s'était refusé à tout contact rapproché, mais en cette journée ennuyeuse, précédent une autre du même genre-et oui, ils étaient venredi.- il n'avait pas tenu. Il avait fait signe à Julio, un Auror d'origine Italienne à l'oeil rieur et amateur de la bonne vie. L'homme aux cheveux frisés un peu rares, séduisant malgré une petite bedaine, travaillait dans les bureaux. Il avait donné quelques missions à Harry, et l'avait ainsi rencontré. Depuis le départ de Garrett, le brun s'était d'avantage refermé sur lui-même encore au lieu de se sentir soulagé. Il conservait d'ailleurs avec ce dernier de bonnes relations, ponctuées de quelques lettres sans grandes saveurs mais amicales. Julio, plein de culot et nourrissant largement le cliché de l'Italien beau parleur avait su le charmer après deux mois d'efforts. Les sorciers n'étaient pas en couple, mais ils avaient déjà eu une aventure. Cette nuit serait la deuxième.

Harry n'aimait pas assez Julio pour songer à vivre avec, d'ailleurs, il ne s'imaginait même pas amoureux d'un homme, se voilant allègrement la face grâce à ces rares aventures. Quant à l'Italien, quoique plus enclin à se caser, il avait parfaitement compris le mode de fonctionnement du brun et se satisfaisait de ce que ce dernier avait à lui offrir, lui promettant en échange une grande discrétion. D'ailleurs, le Survivant avait fini par accepter ses avances à cause de ça, parce que Julio n'avait de cesse de faire des sous-entendus en public, bien cachés mais faisant quand même paniquer l'Auror. Sachant pertinemment qu'Harry en pinçait pour lui, il l'avait poussé dans ses retranchements. Et honnêtement, bien que d'avoir été mené par le bout du nez ne plaisait guère à ce dernier, il était présentement content du résultat.

Leur robe de sorcier, leur pantalon et chemise respectifs se retrouvèrent rapidement au sol, tandis que les deux amants plongeaient sur le lit. Se glissant avec peine sous les couvertures tout en essayant de ne pas se séparer du corps brûlant de ce cher Julio, Harry tremblait d'émotions vives. Il déchargea contre lui, dans une lutte passionnée ressemblant presque à un "combat" d'arrestation, ces mois de frustration et de questionnements. Toute son enfance parsemée de cadavres, son existence d'adulte morne. Il lui avait fallu 43 ans pour comprendre que le sexe n'était pas une chose simplement fade que tous exagéraient pour faire bien. Que c'était un acte certes, tabou, quand on était "déviant" comme lui, mais merveilleux et qu'il y avait en effet, bien des raisons de mettre sa vie en l'air pour une nuit. N'était-il présentement pas en train de prendre le risque qu'on le surprenne ? De décevoir ses enfants et de dégoûter un peu plus son ex-femme ? Peu importe, dans ces instants de pures folies, tout homme qu'il était, Harry perdait la tête.

***
Les rayons du soleil perçant à travers les volets mal fermés réveillèrent l'Auror qui se sentait, pour une fois, envahi d'une fatigue saine et prompt à faire la grasse matinée. Ce fut donc en grommelant qu'il se retourna dans le lit avant de se résigner à se lever. En réalité, il redescendit sur terre assez rapidement en s'apercevant que Julio était endormi à ses côtés. Ramassant ses souvenirs, le sorcier se rappelait avoir lavé les draps semi-comateux, justement aidé de l'Italien qui avait agité sa baguette pour formuler le sort de nettoyage, puis il avait pris une douche brûlante. Julio, taquin, l'avait rejoint, ils avaient refait l'amour sous l'eau chaude, avant de tomber de fatigue ensemble dans le lit. Voilà qui expliquait pourquoi, contrairement à ce qui avait été convenu la dernière fois, l'Italien était encore dans son domicile.

Cachant son irritation car il savait pertinemment ne pas être en droit de réclamer quoique ce soit, le Survivant se redressa à demi entre les draps, tâtonnant pour trouver un slip, ainsi que ses autres affaires perdues dans la bataille. Soudain, la sonnette de la porte d'entrée retentit. Le quadragénaire réagit au quart de tour, sursautant violemment avant de regarder son réveil. Ce n'était pas le jour de visite des enfants. Mais quelle heure était-il ? 11H00 ? Il n'avait jamais dormi autant ! Quelle imprudence. Comme la sonnette se faisait plus insistante, il attrapa ses lunettes au vol et mit son jean ainsi que la première chemise qui lui tombait sous la main. Celle de Julio, dans laquelle il flottait. Ce dernier, réveillé se mit à rire, prononçant quelques mots doux et moqueurs dans sa langue maternelle. Harry le fit taire d'un regard assassin.

-Toi. Tu te tais, et tu ne BOUGES pas d'ici. Compris ? Tu n'existes pas. Habille-toi.

-Mais, querido. Si yé ne douas pas bouger... Comment yé fais ?

-Grrr. De cette chambre j'entends, joue pas sur les mots. Non, j'ai changé d'avis. Habille-toi et va-t-en, mais... Classe, style collègue, tu es venu travailler ici, dans un élan de zèle. D'accord ?

-Si si. Muyyyy, pero que muyyyyy zélé hein mi amor. Eh, attend... Ma chemisé ?

Trop tard, Harry voltigeait déjà vers l'entrée. Il tenta de se redonner contenance grâce au petit miroir de l'entrée, remerciant Merlin d'avoir eu le sursaut de refaire une douche avant de se recoucher avec Julio. Du coup, il avait l'air certes "sorti de lit" et bien ébourriffé avec ça, mais ses cheveux encore légèrement humides fleuraient bon le shampooing à la vanille.

Il ouvrit la porte sans même regarder à travers le Judas, suivant l'impulsion de son mouvement qui l'avait mené à cavaler jusque la porte. C'est ainsi que les pieds encore pourvu de ces magnifiques pantoufles aux oreilles de loup bougeant selon ses mouvements-merci James Albus et Lily pour le cadeau.- le sorcier accueillit Rose. Sans oublier sa chemise trop grande, évidemment puisque ça n'était pas la sienne.

De son côté, Julio parvint à sortir avec un certain panache, une main reliant les pans de sa veste pour cacher son petit ventre visible. Harry songea à cette seconde qu'ils auraient pu utiliser un sortilège pour rajuster le vêtement d'autrui mais... Tant pis. Ils s'en sortaient quand même bien. Saluant presque froidement son collègue, le brun fit un pas de côté pour laisser passer Rose. Un peu plus serein désormais que l'élément compromettant était sorti, mais encore étonné de la présence de l'adolescente.

-Bonjour Rose. Que fais-tu ici ?

Demanda-t-il un peu trop abruptement peut-être. Corrigeant ses mots qui pourraient être décidément mal pris par un sourire, le sorcier lui fit également signe de passer.

-Je travaillais sur un dossier avec un collègue, pardonne-moi. Mais vas-y je t'en prie. Veux-tu un petit déjeuner ? J'avoue ne même pas avoir eu le temps d'y songer.

Et pour cause, il était encore, il y a dix minutes de ça, endormi dans les bras de son amant. Ah... Que la vie de gardien de ses propres secrets était difficile. Heureusement la visite de Rose de lui donnait guère le temps de s'apitoyer. Il était réellement surpris de la voir là, et légèrement inquiet aussi, avouons-le.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



MessageSujet: Re: Quand le roi des bêtises punit ses sujets [PV Rose]   Ven 15 Jan - 18:50


   
Quand le roi des bêtises puni ses sujets


   
Aujourd’hui, c’était dimanche. Aujourd’hui, je devais rendre visite à mon oncle, le légendaire Harry Potter. J’ai toujours apprécié écouter ses histoires, mais je n’ai jamais vraiment réalisé à quel point il était célèbre. Peut-être était-ce parce qu’il n’était pas vraiment de mon époque ? Ou peut-être était-ce parce que personne ne réalisait vraiment tout ceci. Quoi qu’il en soit, aujourd’hui je devais le rencontrer, même s’il est vrai que j’avais tout à fait oublié pourquoi. Ma mémoire est celle d’un veracrasse qui tourne en rond devant le lac noir. Je suis sure et certaine qu’il crie « EH au secours, il fait tout noir ! », ensuite, il ferait le tour de l’arbre, reviendrait à sa position initiale et crierait à nouveau « Eh au secours ! Il fait tout vert ! ». Et là vous vous imaginez ce petit vers dans la pénombre de la nuit, puis dans un décor vert, n’est-ce pas ? C’est ce qui s’appelle se faire avoir ! Chez nous, les Weasley, on sait bien faire ça ! En tous cas du côté de mon père. Bref, cette journée commençait dans la bonne humeur, car oui, elle ne faisait que commencer.
Je n’étais pas censée quitter le château de si bonne heure mais à vrai dire, avec le temps, le concierge avait fini par même me dire salut. Je suis si habituée aux heures de colles que maintenant, c’est le personnel de l’école qui était épuisé, pas moi. Ils refuseraient bientôt de me voir si je continuais comme ça ! Vous vous imaginez vous ? Vous vous pointez fièrement en cours avec votre jolie baguette et là : « AH NON ! PAS VOUS ! Allez vous-en ! Ayez pitié de ma salle de cours ! »… Et là, la vieille chouette de prof viendrait et me présenterait une à une ses jolies mais inintéressantes rides en énonçant mes conneries tour à tour. Je suis sûre que celle que mon père a en travers du front, c’est la fois où … En fait, moi-même je ne saurais plus les énumérer tellement il y en a ! La plus récente en date et en mémoire, c’est avant le premier cours avec m’sieur Graham ! Avec Sacha, pour pas changer d’ailleurs, on a mis le bordel dans la grande salle ! Un crapaud est mort écrabouillé sous la godasse du prof, un rat a manqué de se faire gober par deux grosses baleines de chats… Bref, c’était plus ou moins drôle, mais tout de même fou.

Me voilà alors en plein milieu de Londres à recasser une multitude de conneries dans mon crâne, une capuche sur la tête et ma baguette soigneusement préservée dans ma botte. Ma robe de sorcier est restée au placard, Sacha pionçait ou plutôt ronflait sur le lit voisin alors j’imagine qu’elle (ma robe) n’a rien à craindre… Quoique la pyromanie se fait de plus en plus présente à Poudlard, ça deviendrait presque inquiétant dis donc ! Sauf que ces maudites robes sont tellement immondes et vieilles que je m’en inquiétais comme de l’an 90 ! Il ne pleuvait pas encore, c’était là l’unique inquiétude qui pesait sur mes légères épaules. Je venais frapper à la porte de mon oncle en me demandant bien pourquoi je faisais ça d’ailleurs. C’est vrai, chez nous, je rentre, on rentre tous comme dans un moulin ! Limite, un bandit pourrait rentrer qu’on le capterait même pas je suis sûre ! Enfin bref ! Si j’étais malpolie, il fallait l’être intelligemment. On ne sait jamais des fois qu’oncle Harry soit au lit avec une blondinette ou une brunette bien fichue et.. OHH Ca va, j’ai dix sept ans, on me la fera pas à moi ! C’est pas à cache cache qu’on joue sous une couette hein ?! Quoique certains mecs…. HM HM.

On avait fini par m’ouvrir la porte. Plus précisément, c’était mon oncle lui-même, encore heureux, c’était chez lui. Manquerait plus que ce soit ma mère ou PIRE : ma grand-mère ! Je l’aime, attention, je dis pas… Mais disons que… Fin voilà quoi. « Bonjour Rose, que fais-tu ici ? ».. Qu’est-ce que je faisais ? Par Merlin, j’en savais fichtrement rien ! « Bonjour mon oncle ! Et bien je suis venue, comme tu me l’as demandé ! Tu ne te rappelles pas ? », un léger sourire angélique, l’air naturel… Ouais, mentir c’est devenu facile depuis le jour où j’ai du cacher à ma mère que j’avais accidentellement cogné mon frère… Bah quoi ? C’est lui qui voulait transformer mon chat en aspirateur !!!! J’étais bien trop occupé à relooker le collègue de mon oncle à dire vrai. Je le guettais s’en aller un certain nombre de secondes, juste après quoi je suis enfin rentrée et manquant presque de politesse, je coupais mon oncle pour changer de sujet, sans même répondre à sa question ! Weasley dans l’âme, que voulez-vous. « C’est qui ce mec ?! Il est marié ?! » lançais-je avec excitation.

« Oh heu… Je n’ai pas très faim en fait… Je suis un peu angoissée pour le match de demain.. ». Un peu était un mot léger compte tenu de mon attitude ! Je cassais les pieds à tout le monde depuis longtemps.
   
© Caput Draconis
   
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Autres
Patronus : Un Cerf
Epouvantard : Un Détraqueur dévorant l'âme de ses enfants
Objets en possession : .................
Sortilèges lancés : 36
Points Gagnés : 30
Est arrivé le : 11/12/2015
Cheese :


Parchemin
Lâchez-vous:
Famille:
MessageSujet: Re: Quand le roi des bêtises punit ses sujets [PV Rose]   Mar 19 Jan - 10:36

Rose entra comme une furie dans l'appartement du sorcier qui dût se pousser d'avantage qu'il ne l'avait déjà fait pour ne pas être bousculé. S'emparant de l'espace, l'adolescente pétillante ne tarda pas à poser son regard sur Julius, quadragénaire légèrement empâté mais possédant tout le charme d'hommes encore à la fleur de l'âge mais bardé d'expérience, sans compter le petit côté italien. D'ailleurs, au passage, celui-ci n'avait pu s'empêcher de lancer un léger sourire charmeur à l'adolescente, avant de filer, ses boucles noirs de jais suivant le mouvement et l'odeur de son parfum se diluant ; laissant les deux sorciers dans un silence gêné.

-Mais enfin Rose, il a 45 ans !

S'insurgea Harry-refusant au passage de dire qu'effectivement, Julius n'était pas marié.- pas spécialement inquiet pour sa place -Julius était peut-être un charmeur invétéré mais il ne toucherait pas à une minette mineure.- mais choqué par la frivolité de Rose. Essayant de chasser l'image de sa chère Lily chassant elle-aussi le mâle -quelque soit l'âge- le Survivant leva légèrement les yeux au ciel. C'était peut-être une simple provocation de sa nièce, elle avait l'habitude de le faire et lui, au lieu de marcher, courrait tout simplement. Il faut dire que la timidité du brun et la perte d'une grande partie de son adolescence passée à combattre faisaient de lui une personne assez coincée, gênée par tout ce qui sortait de l'ordinaire. Bien sûr, il n'était ni raciste, ni homophobe- ce qui aurait été douteux pour un défenseur des moldus gay.- mais préférait ne pas voir ces différences, essayant de s'adapter aux normes qui étaient pour lui, un privilège. Oh oui, il en rêvait tellement de cette normalité que certains trouvaient ennuyeuse, mais jamais elle ne daignait venir à lui, la vie le forçant à évoluer en marge. Toujours avec un nouveau secret à garder, comme si le mettre mal à l'aise était une des missions que s'était donnée l'antonyme de la Grande Faucheuse pour justement venger cette dernière n'ayant toujours pas réussi à lui mettre la griffe dessus.

En ce qui concernait Rose, Harry se promit de se retenir de commenter quoique ce soit à Ron, peut-être encore plus papa poule que lui. Sa femme était plus ouverte, mais le brun doutait qu'elle apprécie de savoir sa fille aussi frivole, même pour rire.

-Moi, j'aurais voulu te voir ? Humpf

Désormais occupé à réfléchir, le sorcier cacha sa culpabilité en allant se servir un café. Il était persuadé que sa nièce avait raison, sinon pourquoi se serait-elle déplacée ? Pas de doute, c'était lui qui avait oublié le pourquoi du comment, tout ça à cause de Julius. Se divertir un peu ne lui faisait apparemment pas de bien. Se réprimandant déjà à ce propos, le Survivant se promit d'être plus attentif la prochaine fois. Sa famille devait passer avant, qu'il ait omis un tel détail et fait se déplacer  Rose pour rien était intolérable. Heureusement cette dernière lui rappela sans le vouloir, la raison de la « convocation » chez lui.

-Oh oui le Match c'était ça. Sûrement... Alors, assieds-toi et dis-moi tout. Tu as été aux séances d'entraînement de l'autre équipe ? Tu as bien regardé le jeu de l'attrapeur comme je te l'ai déjà conseillé ? Dis-toi que tu n'as rien à perdre Rose. Le Quidditch se joue avec un peu de technique mais surtout, beaucoup d'instinct. Avez-vous mis en place une stratégie particulière ?

Attendant les réponses, désormais aussi ferme qu'un entraîneur peut l'être, Harry tira une chaise à lui et s'assit dessus, ses mains croisées sur le dossier, café en main. Il n'avait pas joué depuis un certain temps, réellement en tout cas car il lui arrivait encore de voler. Cependant, son don exacerbé ne se perdait pas. Le sorcier, naturellement maintenu en excellente forme grâce à son travail n'avait rien perdu de ses capacités, bien qu'il conserve une légère appréhension à l'idée de rejouer. Normal après tout, il était fait de chair et d'os, si « Potterien » soit-il. Néanmoins il était prêt à reprendre le balai pour sa nièce.

-Si tu me laisses aller me changer-Son regard glissa sur sa chemise trop grande et ses fameux chaussons de lapin.- après que nous ayons discuté un peu stratégie, nous irons faire un tour dans une clairière que je connais, balai en main bien sûr.

Avec un sourire, le jeune sorcier retrouvait ses aises. Parler de ce sport qui l'avait toujours passionné le détendait toujours. Toutefois, ce n'était probablement pas la seule raison de la convocation de Rose chez lui, aussi peu se souvienne-t-il de l'avoir appelé un jour.

-Comment est-ce que ça va à Poudlard ? Tu vois souvent Lily Albus et James ?

Demanda le sorcier, cachant son mal-être et ses inquiétudes à propos de sa fille, apparemment dans une passe difficile et assez rebelle selon le professeur Graham. Bien sûr, il s'inquiétait aussi des résultats de Rose ou de son comportement, se mettant souvent à jour avec Hermione, sévère quoique juste en ce sens. Sans doute que sa question du moment à la Gryffondor avait été maladroite, mais s'il n'était pas maladroit, il ne serait pas Harry. N'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quand le roi des bêtises punit ses sujets [PV Rose]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand le roi des bêtises punit ses sujets [PV Rose]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caput Draconis 2.0 :: 
FLOOD PARTY
 :: 
La Corbeille
 :: Saison 2 :: Chapitre II
-